#33456
AvatarCh313
Participant

Bonjour

Andraneros, tu synthétise bien mon problème :
Il y a les deux états fonctionnels :
• que quand tu vis ton fantasme, . . . et
• et que quand tu vis ta jouissance . . .

Assurément, dans la jouissance, le cerveau est totalement hors jeu. Le corps est seul maître à bord. Le conscient n’est plus atteint par les sensations ; c’est pour ça qu’à ce stade je n’arrive plus à décrire ce qui se passe, ce que sont mes sensations.

Quand je suis dans le fantasme, c’est effectivement le cerveau qui ‘mène le jeu’
Et c’est dans cet état que je n’arrive pas à ‘trouver’ ma prostate. Je n’arrive pas à imaginer, créer, des sensations avec cet organe ; la stimulation mentale ne marche pas plus que la stimulation physique. Comme s’il avait une sorte de blocage dont je n’arrive pas à déterminer la cause.

Bzo résume bien la situation quand il dit :
il y a une espèce de contact avec son corps qui lui manque, . . .

J’ai une forme d’insensibilité corporelle. J’en ai déjà parlé plusieurs fois.
C’est une chose que je ne maitrise pas mais je ne pense pas que ce soit un gros problème puisque je peux avoir les sensations vaginales sans vagin physique donc sans sensation réelle. Le blocage doit venir d’ailleurs.

Quand je lis les derniers post de Naomi je suis jaloux.
« Et progressivement, alors que je n’y prêtais pas trop attention, j’ai senti la prostate s’animer d’elle-même, . . . » Nous dit-elle
(https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/journal-dun-prostatomane-v-aneroless-age-dor/page/10/#post-33405).
Je t’envie.
Je voudrais tant que cela m’arrive, c’est ma quête actuelle.

Je fais l’état des lieux sur mes potentiels féminin et masculin.
Je suis très bien dans ma nature féminine. Pierrette est particulièrement comblée.
Hétérosexuelle avec Pierrot, elle profite de tout ce qu’une femme peut désirer.
Lesbienne à souhait, elle apprécie les douceurs féminines de ses amantes.
Elle aime a partager tout son corps pour des sensations des plus exaltantes avec de multiples amants et amantes.
Pierre en est addict et profite d’une vie intérieure fabuleuse.

Pierrot aime les plaisirs péniens. Les longues caresses intenses et langoureuses qui apportent leur lot d’orgasmes continus tout comme les chaleurs buccales et les langues consciencieusement affairées de ses amants ou amantes. Il se sent bien ‘bi’.

Pierrot est un amant heureux avec Pierrette. La duplicité dans laquelle se fond la complicité provoque un déferlement de sensations explosives. Chacun se sent ‘être l’autre’ simultanément comme si les nerfs de l’un aboutissait au cerveau de l’autre.
Cette intime connexion explose dans des milliers d’étoiles éblouissantes.
Pierrot est à l’unisson avec Pierrette pour partager ces bonheurs avec des partenaires occasionnels(elles). Peut-être le désir inconscient de de vouloir convaincre le monde de cette possible extase absolue.

Pourtant dans cette sexualité fabuleuse il manque un volet en ce qui concerne la sodomie.
Pierre n’atteint pas le plaisir à recevoir des stimulations anales.
Dans toutes mes vies virtuelles cela n’est pas encore arrivé à Pierrot.
J’imagine, peut-être à tort, qu’il y a un rapport entre mon psychisme et mon physique. Je suis toujours en quête de sensations de ma prostate et dans mes ‘délires’ je n’ai pas non plus ‘d’expérience’.
Ce manque me perturbe voire m’agace. Peut-être que j’y attache trop d’importance.
Pourtant les fantasmes ne manquent pas. J’aimerais me faire doigter, sodomiser ; j’imagine une rencontre en club ou un auto-stoppeur entreprenant et même un pegging.
Dans la vie réelle je souhaiterais que ma compagne ait envie de me doigter. Mais je rêve. . .
Salut à tous