#33614
AvatarArousal
Participant

Merci @Andraneros pour tes encouragements !
La jouissance est tellement difficile à décrire avec des mots tellement elle est multiple, et l’intensité n’est qu’une de ses caractéristiques. Et sur ce plan-là les séances de ses dernières semaines ne sont pas forcément les plus intenses.
Par exemple durant la session prolongée dont je parlais, le plaisir ne tutoyait pas les sommets comme à d’autres moments, mais j’étais dans une sorte de bien -être continu, avec des explorations inédites.
Oui, je n’utilise maintenant plus que l’Eupho Trident. Je devrais peut-être changer un peu, mais il marche tellement bien…
Séance riche hier soir, beaucoup d’intensité à un moment. Nouvelles sensations beaucoup plus diffuses dans le bassin à un autre moment.
Et depuis ce matin des « répliques ». Il y a quelques instants, alors que je travaillais, sensation qu’une main de plaisir me saisissait soudainement la cuisse droite.

Ah j’allais oublier. En fin de rapport sexuel « classique » il y a quelques jours, l’intensité du plaisir s’est fortement accrue comme d’habitude, jusqu’à un niveau qui normalement annonce l’éjaculation dans les secondes suivantes. Eh bien là ce niveau s’est maintenu pendant plusieurs dizaines de secondes très agréables, avant une éjaculation inhabituellement voluptueuse. Mes gémissements ont surpris ma femme 🙂
Je n’avais pas l’impression sur le coup que ma prostate était en cause mais je me demande.
En y repensant, il arrive de temps en temps au cours de mes sessions prostatiques 1/que le plaisir se localise dans mon pénis et 2/que me permettant des entorses au principe de ne pas toucher ma verge, des massages de celle-ci stimulent mon plaisir prostatique.