#33652
AvatarEnvole
Participant

Hello à tout le monde,
petit message pour vous dire que je vais écrire pour la dernière fois dans ce fil je pense, parce que j’ai récemment compris que jamais je ne prendrai la décision de devenir une femme socialement. J’assume mon corps d’homme, et ma personnalité qu’on dit féminine. Mais je me sens avant tout une personne. Et si je raconte tout ça ici, alors que je n’ai pas trop abordé la question de la transidentité précisément ici, c’est que je suis reconnaissant à tout le monde ici, depuis les producteurs de stimulateurs de prostate jusqu’à Adam qui m’a orienté avec son Traité d’Aneros vers le plaisir prostatique, en passant par toutes celles et ceux avec qui j’ai pu discuter…
Toute cette recherche m’a permis de comprendre que ma prostate et ses sensations sont à la base de ma libido. Avant je ne ressentais que les stimulations les plus fortes, les plus grossières, et ma sexualité était faite d’à-coups et aussi de beaucoup de frustrations…Aujourd’hui je vis mon plaisir dans toutes ses nuances parce que je suis à l’écoute de toutes les ondes de plaisir que m’envoie ma prostate au jour le jour…Et grâce à ça, j’ai trouvé une vraie cohérence dans toute ma sexualité, au-delà de toute notion de genre…J’éprouve beaucoup de plaisir, grâce à elle, et quand le plaisir s’est bien accumulé, il bascule vers mon pénis et commence à bâtir l’érection…ça me fait un bien fou parce qu’avant je considérais l’érection comme un phénomène isolé, qui naissait dans le pénis et finissait avec lui…Alors qu’aujourd’hui je comprends bien que mes érections vraiment agréables partent de ma prostate, comme le bouton du clitoris chez une femme est le premier point du plaisir, qui se diffuse progressivement vers l’intérieur du vagin jusqu’à le faire entrer lui aussi en érection…
Oui c’est toute cette mécanique du plaisir que j’ai comprise, et qui me permet, en ayant conscience de toutes les petites vibrations de ma prostate, d’apprécier les plus petits plaisirs, mais aussi d’apprécier en conscience la montée et l’accumulation des stimulations vers le pénis…En passant par le périnée, le scrotum, les testicules…
Voilà, aujourd’hui tout ceci est bien cohérent pour moi.
D’autre part, comme je sais que je ne prendrai jamais la décision de devenir une femme, j’arrête de porter un prénom féminin, et pour ménager un transition douce, j’adopte le prénom de Prince lorsqu’il fut obligé de changer de prénom : Lovesymbol !!! Ce qui est adapté en particulier à notre sujet ici 🙂
Donc voilà, tout le meilleur à tout le monde, et à bientôt !!!!
Lovesymbol