#33658
bzobzo
Participant

j’écrivais jusqu’ici des choses du genre:
se sentir en même temps homme et en même temps femme durant la séance,
plaisir au féminin, pôle masculin et pôle féminin
mais il est temps d’appeler les choses par leur nom,
il existe un mot précisément pour cela dans la langue française
et désormais je vais l’utiliser car il correspond tellement totalement à ce qui est mon vécu durant la séance,
je pense au mot androgyne,
je me sens androgyne durant l’action, je vis cet état à 100% jusqu’au plus profond de mon être

je vais être honnête, il n’y a plus grand chose d’autre qui m’intéresse durant la séance,
tellement c’est quelque chose de spécial, tellement on se sent sans aucune entraves,
tellement tout est descellé en nous

la dualité masculin-féminin est constamment présente,
dans le moindre geste, la moindre attitude, la moindre sensation, la moindre perception,
je ne connais rien de plus excitant, de plus mystérieux et de plus jouissif
que de vivre cette dualité à pleine puissance à chaque instant

tout semble descellé et sans limites,
expérience radicale, expérience totale,
on vit ce corps comme s’il était tout à fait différent à tellement de niveaux

on n’est pas loin de se sentir complet, on se sent sur le chemin de la complétude,
et les sensations vont constamment dans ce sens,
elles semblent apporter plus que jamais de la plénitude, de la réunion, de la fusion, de l’euphorie,
avec une infinité de nuances,
en même temps qu’un plaisir physique, un plaisir animal

plus besoin de rien d’autre que de vivre cette union
qui se passe en même temps au plus intime de soi-même
et en même temps partout en surface, partout dans les membres, partout dans les organes
pas un micro-gramme de mon être qui n’y participe, qui ne festoie,
qui ne soit remué de fond en comble

ému jusqu’au plus profond de mon être,
je sens quelque chose de beau, de tellement beau, se jouer en moi,
ému et en rut jusqu’au plus profond de mon être,
je sens quelque chose d’extraordinairement trouble et sensuel, en éveil en moi,
en rut jusqu’au plus profond de mon être,
comme un fourreau de chair palpitant d’excitation, je me sens pénétré de part en part,
je me sens monté intérieurement