#33725
AndranerosAndraneros
Modérateur

Mon intérêt sur ce sujet ouvert par @aneveil va plutôt dans le sens qu’il exprime dans son dernier message.

En effet filmer une ou plusieurs de ses sessions et publier le montage des meilleures séquences pour bien mettre en valeur la nature de l’expérience orgasmique, ses effets, les techniques à maîtriser et les conditions à réunir, tout cela ne fait qu’ajouter un fichier vidéo de plus sur la toile qui, compte-tenu des limites qu’imposent les diffuseurs « grand public » ne sera accessible que sur les sites spécialisés dans la pornographie. Quelques soient les qualité de la séquence, quelques soient ses apports pédagogiques elle sera noyée dans une masse d’autres séquences filmées pour la plupart sans intérêt, dégradantes ou mensongères (sans parler des publicités qui les entourent). Je pense qu’il y a mieux pour un effort qui vise à faire mieux connaître une pratique qui dans mon esprit s’apparente à une forme particulière de développement personnel.

Une solution bien meilleure consisterait à regrouper dans un blog spécialisé à la fois une présentation des racines historiques de notre pratique, une description des méthodes qui permettent d’obtenir une telle maîtrise de son potentiel orgasmique, une description des outils ou des jouets que l’on peut utiliser pour progresser vers notre objectif orgasmique, une description des effets que produit un tel apprentissage… Des vidéos bien filmées et bien documentées seraient de précieux supports d’information en complément de tout le reste. Avec toute cette matière on pourrait créer un blog qui s’appellerait par exemple « Vers de nouveaux plaisirs »…

Ce dont parle @aneveil est de nature bien différente.

Tout d’abord, même si certains d’entre nous parvenaient à briser les barrières derrière lesquelles ils se sont mis à l’abri de la pression sociale, nos discussions ne concerneraient que peu de personnes, celles qui parmi tout notre entourage nous paraîtraient accessibles en terme d’intimité et potentiellement ouvertes à une discussion sur le plaisir prostatique. Nous serions loin d’une diffusion à grande échelle.

Mais surtout, dans la mesure où le contact initial est favorable, le témoignage en direct d’un pratiquant
• qui décrit en tête-à-tête son expérience,
• dans un vocabulaire adapté à son interlocuteur,
• sans se cacher derrière des notions ésotériques,
• en détaillant les phases de son apprentissage,
• en illustrant sa découverte de sensations nouvelles,
• tout en montrant par son comportement et son discours que cette forme développement personnel n’a fait de lui ni un monstre ni un mutant,
aura probablement un impact bien plus favorable sur son auditeur qu’une vidéo vue (en cachette ?) sur internet. Et encore plus si une forme d’accompagnement informel peut être proposée (choix du masseur, choix des techniques à appliquer, encouragements, descriptions peu à peu plus explicites des sensations…).

Le risque est bien celui que mentionne @aneveil dans le message cité plus haut :

Au sujet des cases ou tiroir, effectivement surtout en tant « qu’hétéro » on ne rentre plus vraiment dans aucune case, alors que venant d’un homo (supposément adepte du plaisir anal) cela ne choquera probablement pas grand monde.

Le risque est bien que nos interlocuteurs soient tentés de nous mettre dans les mauvaises cases, tentative d’autant plus dérisoire que nous sommes très vraisemblablement à l’opposé de ces cases.