#33750
bzobzo
Participant

notre chair est habitée par des fantasmes dont nous n’avons même pas conscience,
qui se révèlent une fois qu’on laisse parler la chair

le grand désir, notre chair est habité par le grand désir,
nous accédons habituellement qu’à la partie émergée de l’iceberg

le grand désir est autonome de nous, en nous,
il habite notre corps comme nous-même, nous l’habitons,
il dort quelque part en nous comme Cendrillon,
nous le cherchons, nous le cherchons,
pour lui coller un baiser, pour le réveiller momentanément