#33877
bzobzo
Participant

on éjecte donc du poste de commande le moi pensant
pour que le moi agissant et le moi ressentant soient en contrôle de la place

cette action en soi, une fois qu’on en a l’habitude, n’est pas difficile
mais elle est répétitive
car le moi pensant revient constamment à la charge,
ce poste de commande, il est à lui, ce sont ses quartiers,
il cherche à revenir sans arrêt,
c’est une sorte de ping pong donc, il revient, on l’éjecte, il revient , on l’éjecte,
parfois je reste pendant de longues minutes sans entendre parler de lui

une fois qu’on a bien l’habitude de ce petit exercice,
cette action d’éjecter le moi pensant du poste de commande
auquel il semble attaché par un élastique par moments tellement il revient automatiquement,
est perçu depuis le moi agissant et le moi ressentant
comme un nuage obscurcissant plus ou moins longuement
la perception du corps en action, la dégustation des sensations

il faut faire avec,
ma foi, il y a en fait très bien moyen de faire avec
et comme je l’ai écrit plus haut, je parviens souvent à rester de longues secondes
sans trace de lui
et même quand il resurgit, cela dure qu’un instant