#33898
bzobzo
Participant

Plus aucune distraction, plus d’écran, plus d’images, rien.

cela c’est bien, je ne peux qu’applaudir

Je mets même des boules quiès pour n’écouter que mon corps. C’est plus intime, je me sens plus » seul avec mon aneros

là par contre, je suis plus sceptique quant aux effets positifs,
s’entendre gémir, s’entendre haleter, c’est tellement important,
le vocal est important dans la pratique, pas indispensable mais important

Plus d’images mentales non plus. Enfin, rarement, pour m’érotiser un peu, vieux réflexe du sexe traditionnel, je pense. Je m’axe vraiment sur mon corps, sur les sensations de l’aneros qui me » prend » par derrière.

très très bien, on a tout ce qu’il faut en nous pour mener une séance de zéro à son terme,
nul besoin d’aide extérieure de quelque nature qu’elle soit,
au plus c’est du « home grown », du 100% poussé dans notre potager, au meilleur sera la tambouille

c’est clairement un bon état d’esprit,
une séance de massage, il ne faut cependant pas exagérer, on recherche du plaisir sexuel avant tout,
il n’y a pas à en avoir honte ou se le dissimuler,
il faut juste savoir laisser aux vestiaires toutes ses attentes
et vivre l’instant présent, toute la richesse de l’instant présent
en conversation intime avec soi-même, avec ses abysses,
avec tout ce qu’ils contiennent

Mais… au bout des quelques minutes peut-être, ça s’est transformé en une sorte de plaisir, comme si je » fondais ou me dispersais » dans une sorte de sensation inconnue mais très très très ** alléchante **, une sorte de montée vers quelque chose que l’on ne connait pas , mais si alléchant… oui. J’avais tant envie d’y aller.

c’est la bonne voie, sois ouvert, curieux, laisse ton corps faire, il sait mieux que toi,
il saura toujours mieux que toi,
ne te laisse enfermer dans aucune idée préconçue

le seul et véritable secret, c’est de laisser faire ton corps,
lui laisser prendre les chemins de l’amour le plus débridé,
une partie de ton travail sur toi-même consiste à faire sauter toutes les entraves
qui freinent, qui enchaînent ce corps,
toutes sortes d’idées en nous, des couches et des couches,
des idées en strates profondes sur ce qu’on doit faire et sur ce qu’on ne doit pas faire
pour se procurer du plaisir

alors qu’il faut juste , ne plus avoir aucune idée là-dessus,
juste laisser faire le corps, le laisser s’emporter et nous avec lui
partout où il veut nous mener

Puis mon cœur s’est mis à battre ! C’était bon, presque l’appréhension, mais excitante à souhait, comme la première fois que l’on m’a administré une fellation. J’allais clairement quelque part ! 30 secondes ont passé, puis PPPSSSHHHHhhh.. Tout s’est estompé. Ai-je trop analysé ? Sans doute, c’est dans ma nature

des résultats tangibles dans ta chair, qui te motivent, qui te servent de repères, c’est bien,
le chemin est long
mais il a des récompenses à toutes les étapes

Tout s’est estompé. Ai-je trop analysé ? Sans doute, c’est dans ma nature

c’est dans notre nature à chacun, on n’est pas humain pour rien,
on est des malins, on pense, on analyse, on cogite, on suppose, c’est à double tranchant
ici, il s’agit de laisser aussi tout cela au vestiaire
et d’apprendre à laisser son corps s’exprimer,
laisser le moi reptilien, avec notre instinct, nos pulsions,
notre chair gorgée de sang et de mystère,
mener les débats