#33915
bzobzo
Participant

En réalité dans ce post, au fond il n’est pas question de plaisir prostatique
mais avant tout de relation, d’attirance et de crainte de l’inconnu.

hum.. cela a pris cette tournure
mais mon impulsion initiale, concernait tout de même mes craintes
par rapport à la cohabitation entre la sexualité en solitaire que j’ai développée,
l’emprise, les prérogatives, sans restrictions pour l’instant, que celle-ci a sur mon corps,
avec des effets très spectaculaires, disons
mais qui pourraient décontenancer, voire effrayer ou choquer quelqu’un qui n’est pas habitué,
qui a une vision convenue de la sexualité masculine
et puis une sexualité plus classique avec partenaire,
si une fusion pouvait se faire entre elles, sans trop d’heurts
ou bien s’il fallait s’attendre à des problèmes

ceci étant dit, oui, m’être retiré du marché de la drague, du sexe entre partenaires,
de toute cette immense machinerie de la séduction, du badinage, des préliminaires sociaux à l’acte d’amour
pendant de nombreuses années,
me laisse actuellement totalement pris au dépourvu et sans idée quoi faire,
avec de plus en plus l’impression que je dois tout reprendre à zéro

me suis retrouvé à côté d’elle à bredouiller des banalités sur les soupes BIO,
histoire d’essayer de nourrir la conversation,
c’est assez vexant et perplexant à presque 60 ans
de se sentir agir et réagir comme un adolescent faisant ses premières tentatives,
surtout avec le passé qui est le mien,
amour à plusieurs, relations débridées, bisexuelles, etc
et puis une totale liberté dans ma tête et dans mon corps