#33991
bzobzo
Participant

certaines de mes micro-séances me donnent la sensation d’un fuck entre deux portes
entre deux amants en rut pressés l’un contre l’autre,
les invités les attendent au salon, ils leur ont sorti un prétexte bidon pour s’absenter quelques minutes,
ces deux-là ne ratent pas une occasion de s’envoyer en l’air,
même pour quelques secondes,
quelques coups de bite dans un coin à l’écart, les petites culottes à peine descendues

les mains agrippent ce qu’ils peuvent de la peau de l’autre,
sentir un peu cette chair nue aussi ardente et assoiffée que la sienne,
sentir son haleine brûlante proche, son excitation débordante proche,
son envie de baise transpirant par tous les pores de la peau,
de l’humidité entre les jambes, des secousses, des pressions, sentir son bassin tout contre le sien,
sentir ses mains baladeuses, sentir son sexe, sentir le sperme couler,
les cheveux ébouriffés, les vêtements en désordre,
l’odeur de sa queue, l’humidité de son vagin,
les deux en un,
moi les deux,
moi merveilleusement, moi magiquement, les deux collés l’un contre l’autre

c’est ainsi que je vis une partie de mes micro-séances,
les doigts de la main droite sont en constant contact avec mes parties,
mode doigts dans la prise,
cette façon tellement efficace que j’ai mise au point de faire monter les ondes,
simplement en ayant la main au contact de mes couilles et de ma bite
mais quasi sans bouger, ainsi comme si j’avais les doigts enfoncés dans une prise d’électricité sexuelle,
mon bassin est inondé d’ondes puissantes
et chaque contraction est comme une pénétration sauvage, ardente,
un solide coup de bite bien dure qui m’emplit de jouissance
et je ne sens de plus en plus en rut et je gémis comme un animal en plein coït,
mon bassin inondé de coups de rein délicieux, semblant se liquéfier de plus en plus

une autre partie de mes micro-séances sont un peu comme un laboratoire où j’expérimente
par exemple, je me lance dans une séquence d’actions où je bouge peu,
je bouge lentement, de plus en plus lentement , quasi plus
et les sensations acquièrent des nuances tellement spécifiques, tellement précises et inédites,
cela devient comme un moment de révélation, un moment de pure grâce sensuelle
car cette suite de sensations semblent me livrer leur quintessence,
des coloris tellement particuliers, tellement délicats, tellement uniques, tellement jamais ressentis,
que je suis ébloui, transi jusqu’au fond de l’âme par leur perfection,
par la pure splendeur dans l’instant qu’elles me livrent

les sensations se révèlent parfois soudainement comme des diamants que je viens juste de terminer de polir,
révélations et éblouissement devant ces nouvelles facettes, ces nouveaux éclats, ces nouvelles brillances,
dans la lumière de l’instant

il y a le plaisir animal d’un côté
et puis il y a ces moments de pure grâce,
absolument avec les mêmes outils, la même technique,
juste une question de rythme, juste une question d’état d’esprit,
d’un côté pris dans un élan de coït animal,
de l’autre explorant lentement, méthodiquement, le mystère de ses sensations
semblant devenir des pierres précieuses brillant dans l’instant de mille feux en moi