#34101
AndranerosAndraneros
Modérateur

Tes questions m’intéressent et, à mon avis, ont une portée bien plus large que celle que je leur vois dans ton message. Je vais donc leur apporter une longue réponse.

Quelle différence fais-tu entre la technique de Mantak Chia et ce que les anglophones appellent le « edging »

Le « edging » est une méthode de masturbation qui n’a aucune autre finalité que de faire durer la montée du plaisir avant le pic orgasmique et la fin de partie qu’il induit. Si cette pratique est conduite avec un état d’esprit expérimental et un réel effort d’observation, elle permet :
• d’effectuer un travail neuro-musculaire dont la répétition améliore le contrôle de son éjaculation ;
• d’améliorer la perception des muscles pelviens et abdominaux et la perception de toutes les sensations qui concourent à la montée du plaisir ce qui conduit à amplifier la sensation de jouissance.
La technique Mantak Chia est utilisée dans un contexte différent puisque sa finalité est d’utiliser une masturbation contrôlée pour faire naître une forme d’énergie vitale que des exercices complémentaires vont faire circuler dans le corps pour irriguer celui-ci de ses bienfaits. Quand la circulation de cette forme d’énergie est maîtrisée l’éjaculation est naturellement mise de côté puisqu’elle n’est plus au programme. Dans ce cas la masturbation n’est qu’un outil au service d’une discipline dont la finalité va bien au-delà du seul contrôle de l’éjaculation et de l’amélioration de la jouissance qui peut en résulter.

Cela étant dit rien n’empêche un homme de découvrir à travers sa pratique du « edging » des effets physiques ou sensoriels qui le conduiront, après une réflexion honnête, à une compréhension nouvelle du fonctionnement de son corps.

pourquoi dis-tu que la masturbation nuit au couple

Je partage cette question mais on peut y apporter deux réponses selon la qualité des relations au sein du couple. La masturbation est une pratique naturelle bienfaisante pour l’organisme. En tant que telle elle ne pose pas de problème. Ce qui peut poser problème ce sont les effets que sa pratique a sur les relations entre deux personnes :
• Quand elle vient à remplacer des ébats érotiques dont l’autre devient privé(e) ;
• Quand le temps qui lui est consacré nuit aux autres activités d’une vie équilibrée ;
• Quand l’autre est jaloux ou jalouse, à tort ou à raison, du plaisir que se donne son partenaire.
Dans les autres cas la masturbation est soit une soupape de sécurité qui permet de réduire le désir quand il n’est pas souhaité, soit un complément d’activité qui apporte un meilleur niveau de satisfaction sexuelle. En d’autres termes la masturbation pratiquée avec l’accord de sa ou de son partenaire est un facteur d’équilibre dans la relation et en cas contraire, bien évidemment, un facteur d’aggravation de déséquilibres vraisemblablement pré-existants.

La situation idéale que je décris, ne pas cacher que l’on se masturbe à sa ou à son partenaire, suppose
• une grande confiance et
• une grande liberté sexuelle ou une grande intimité sexuelle
entre les partenaires. Il me semble que souvent cette qualité de relation n’est pas naturelle même chez des personnes qui pensent être sexuellement libérées. Il peut donc être nécessaire que l’un ou l’une des deux ait besoin de faire en toute bienveillance un travail de déblocage. Ce travail est difficile et donc souvent évité ce qui conduit à des non-dit et à des pratiques clandestines dévastatrices.

le rapport sexuel peut être l’occasion de satisfaire l’ego masculin lorsque le ou la partenaire réagit positivement à la virilité masculine. Cette satisfaction de l’égo amplifie le sentiment d’apaisement.

Depuis plus d’un an @epicture se place dans une perspective qui va bien au-delà de la seule recherche du plaisir physique libératoire. Ce n’est pas par hasard qu’il a ouvert un sujet « Prostate et philosophie ». Je cite ce qu’il nous disait il y a 15 mois :

La découverte du massage prostatique m’a permis, au-delà des sensations physiques que cela procure, de renforcer cette prise de conscience que le monde que nous avons bâti, nous, hommes et femmes occidentaux, est construit sur la consommation que nous en faisons. Or à mon sens, faire du massage prostatique une nouvelle occasion de « consommer du plaisir » est vouée à l’échec.

Ses messages doivent se lire, à mon avis et tu es libre de dire le contraire @epicture si je me trompe, en fonction de cet état d’esprit. Quand il parle de la masturbation en termes négatifs c’est de la masturbation à unique visée éjaculatoire en dehors de toute autre ambition. C’est tout différent quand la masturbation devient une technique au service de la découverte de son corps, au service de son effort de développement personnel.

De même dans sa logique toute pratique sexuelle avec une autre personne est bien plus riche que la recherche solitaire du plaisir en raison du partage, à la fois don du plaisir à l’autre par ses caresses, acceptation du plaisir donné par les caresses de l’autre, offrande de sa jouissance à l’autre et enfin acceptation de la jouissance de l’autre. C’est ce qu’il écrit en tant qu’homme, avec beaucoup moins de mots que moi. Je ne ferai pas plus de reproches à sa formulation.

Ce sujet est passionant. J’en attends la suite avec toujours autant d’impatience. Bon cheminement à ses participants et à tous ses lecteurs.