#34210
AndranerosAndraneros
Modérateur

La transformation progressive de ma sensualité, depuis le début de mon cheminement, me rend sensible, de façon générale, aux phénomènes que tu décris dans ton premier paragraphe, même si je ne les ressens pas (encore) systématiquement sous la forme de « vibration énergétique ». Tu écris :

j’ai quelques difficultés encore à canaliser tous ces effets bénéfiques

Fort logiquement, de mon point de vue, j’ai bien plus que « quelques difficultés » pour « canaliser » cette forme d’énergie. En revanche je ne ressens pas cette difficulté à me concentrer sur autre chose même quand je sens ma libido très forte. Je vois plusieurs causes à cela :
• Mon âge fait peut-être que même si maintenant j’ai l’impression que ma libido est très forte, elle ne le soit pas tant que ça en réalité ;
• Mon métier consistait à prendre en permanence des décisions rapides dans un environnement en perpétuel changement me soumettant à de multiples sollicitations simultanées ; pour survivre dans ces conditions il faut vite apprendre à se concentrer et à oublier le bruit de fond ; j’ai ainsi acquis une forte capacité à me concentrer sur un sujet quelques soient les conditions autour de moi ;
• Enfin, malgré mes progrès constants en matière d’éveil de mon énergie vitale, je suis vraisemblablement loin du niveau que tu as atteins ce qui suffit à expliquer la différence de réaction.
Ta pratique assidue confirme cette affirmation essentielle des taoïstes :

L’énergie de ma libido, est totalement dépendante du temps pendant lequel je n’éjacule pas. Pour moi désormais, c’est une certitude.

Autant la notion de période réfractaire est une réalité que je vis concrètement avec mon corps, autant j’ai l’impression de rester peu sensible à ce temps de rétention de mes éjaculations. Je suis tellement imprégné de la réalité physiologique de la production permanente de spermatozoïdes, de leur stockage pendant les quelques jours de leur durée de vie et de leur élimination naturelle régulière, que je ne parviens pas à me mettre dans la tête que ma libido et ma vitalité devraient être bien plus fortes au bout d’une ou plusieurs semaines de rétention.

Jusqu’à maintenant je ne me suis jamais senti différent après une période de rétention de 10 jours ou plus. Je m’interroge sur cette absence de perception quand je lis les témoignages assez nombreux sur ce sujet dans les forums spécialisés, et encore plus en lisant ton témoignage particulièrement documenté.

La lecture de tes messages m’a encouragé à me remettre sérieusement à pratiquer les exercices proposés par Mantak Chia. Je pense que je suis enfin dans l’esprit de leur exécution, en tout cas beaucoup plus que lors des mes premières tentatives, il y a quelques années. Mais les progrès sont difficiles. Ce qui selon mon expérience prostatique n’a rien de négatif.

Merci de transmettre ton expérience. J’attends la suite avec le plus grand intérêt. Bon cheminement @epicture.