#34303
EpictureEpicture
Participant

Comme toi @aneveil, j’ai dû faire retomber la pression : Massage suivi d’éjaculation.
Dans ces périodes, mon taux de sommeil réduit. Je ne ressens pas la fatigue physique qui est pourtant bien là. Il faut donc par moment que je fasse retomber la pression, et que je dorme, sans masturbation, ni massage prostatique (pas d’aneros pendant la nuit) . Cependant, l’espace entre chaque éjaculation s’étant bien agrandi, je conserve une énergie libidinale importante. Je ressens ainsi, malgré une baisse de tension libidinale, la présence de l’énergie sexuelle dans mon corps, qui est frémissante.

Tu essaie de diriger cette énergie vers le cœur ou le cerveau ?

Ta question pose question. En effet, la pratique des massages sexuels a sur mon coeur des effets tangibles. Mais je ne sais pas encore si ces effets sont directement imputable aux massages. L’augmentation de ma sensibilité entraine des émotions qui ont une influence sur mon rythme cardiaque. Je suis sujet aux extrasystoles depuis une dizaine d’années. Ce sont des battements superflus qui ne presentent pas de danger. Mais dernièrement, ils ont tendance à se manifester de façon plus fréquente et plus fortes, jusqu’à un episode assez récent qui a duré plusieurs heures.
J’ai donc pris le parti de calmer un peu la fréquence de ma pratique pour le moment, le temps que les examens medicaux donnent eventuellement des resultats. Si le cardiologue ne trouve rien, je pense que je peux en déduire qu’il se passe en moi quelque chose que je dois apprendre à apprivoiser. Une sorte de vibration électrique ascendante qui se manifeste des que je me pose un peu, produisant jouissances et spasmes orgasmique.

Bon cheminement @aneveil