#34331
bzobzo
Participant

si je m’en fie à mon expérience,
un point de vue totalement empirique et subjectif donc,
le besoin d’éjaculer, de se vider les couilles, n’existe pas

cela fait maintenant largement plus d’un an que je suis ainsi,
physiologiquement, je ne sais pas si cela ne porte pas préjudice
de ne pas se vidanger de son vieux sperme, de vider ses réservoirs
mais le besoin que les hommes ressentent
et qui est assimilé généralement à ce que je décris plus haut,
en général solutionné quand il n’y a pas un ou une partenaire à sa disposition,
par la masturbation conclue avec une éjaculation,
n’existe pas, pour moi

selon mon expérience, le réel besoin,
c’est d’éveiller son désir, d’embraser son désir
et de se vider de son énergie sexuelle

depuis que je fais participer massivement et continuellement mes parties génitales à mes séances,
j’ai déjà expliqué en long et en large comment, ce n’est pas le sujet ici,
non seulement ma chair est totalement satisfaite
mais je sens mes bijoux de famille totalement apaisés, rassasiés,
ils n’éprouvent aucun besoin de lâcher du sperme,
mon énergie sexuelle, toutes les vibrations subtiles que je fais monter de mes profondeurs,
sont perçues, consommées par l’ensemble de mon corps
mais ma prostate et mes parties génitales restent les principaux aimants, les principaux intermédiaires
par lesquels ces énergies sexuelles passent

point n’est besoin de se secouer la tige,
les énergies sexuelles dont sont chargées nos parties génitales
peuvent être consommées, déchargées, jour après jour autrement

je n’éprouve même plus l’envie de regarder du porno,
je le faisais encore il y a quelque temps
mais là plus rien, ma pratique est devenue tellement puissante et riche ces dernières semaines
que voir du porno, me parait tellement plat à côté,
pourquoi perdre du temps à visionner d’autres faire semblant de copuler
alors que je peux faire l’amour avec moi-même
et obtenir des sensations tellement irrésistibles, délicieuses et épanouissantes?

mais de toutes façons, même pendant les quelques mois déjà avant
où j’avais pris l’habitude sur internet de regarder des vidéos pornos, essentiellement amateurs d’ailleurs,
je n’éprouvais jamais le besoin de me secouer la tige,
je me sentais satisfait et si du désir s’éveillait,
j’arrêtais le visionnage de la vidéo et j’allais pratiquer

dans l’action, une fois bien chauffé,
je me sens m’ouvrir vers le ciel comme une fleur de chair géante
et boire le soleil à pleine gorgée,
butiné de toutes parts par des millions de dard

des continents inconnus viennent à ma rencontre,
me font entrevoir des choses inouïes,
avant de repartir aussitôt

j’ai bâti ma maison, l’érotisme, le plaisir, est devenu mon compagnon,
nous sommes main dans la main à chaque instant quand je suis chez moi,
on ne se lâche plus,
c’est un dialogue tantôt tranquille, tantôt exalté,
tout en se promenant dans les cieux