#34370
AvatarAntoine
Participant

Merci @aneveil pour ces précieuses informations.

Durant de nombreuses années, j’étais addict au porno/masturbation sur internet. Ca pouvait aller jusqu’à des après-midi entière consacrées à cela. Je pense que ceci joué en ma défaveur, et pas que pour ma découverte du plaisir prostatique. Je me suis rendu compte de cette addiction il y a un peu moins d’un an. Depuis j’ai carrément arrêté. J’ai du me court-circuité pas mal le cerveau avec ces dix ans de porno facile … c’était devenu ennuyant, juste de la recherche d’un shot de dopamine au moment de l’éjaculation, comme un drogué, en enchainant de porno à l’infini. Tout devenait fade, il en fallait toujours plus.

Bref je reviens de loin je pense. Je me souviens de l’époque où j’étais adolescent, sans internet… Bon à cet âge les hormones sont en feu aussi. Mais une simple image érotique d’une bande dessinée me suffisait pour passer des heures de plaisir un après-midi. L’érotisation était pure, l’entrain était puissant, presque joyeux, je ressentais des « ambiances sexuelles  » très variées. J’aimais d’ailleurs le plaisir anal déjà, associé à la masturbation, mais je n’avais aucune idée de l’existence de la prostate 🙂 Je dois retrouver cet état d’esprit peut-être…