#34373
aneveilaneveil
Participant

@antoine

L’érotisation était pure, l’entrain était puissant, presque joyeux, je ressentais des « ambiances sexuelles » très variées. J’aimais d’ailleurs le plaisir anal déjà, associé à la masturbation, mais je n’avais aucune idée de l’existence de la prostate 🙂 Je dois retrouver cet état d’esprit peut-être…

Oui, ce sont de très bons souvenirs que tu peux certainement réactiver, cet esprit de découverte et de créativité est vraiment propice au désir et à l’excitation, le plaisir anal étant aussi très lié à notre pratique du masseur, sera très certainement un plus.

Mantak Chia explique que l’état d’esprit dans lequel on se trouve lors de séances de masturbation ou d’auto-erotisme est vraiment primordial :
Si on se masturbe avec de la honte, un dégout de soi même ou des jugements négatifs (ce qui est très occidental), (que l’on éjacule ou pas) on se sentira mal ensuite et on risque d’accumuler en soi beaucoup d’agressivité et de frustration.
Si on se masturbe pour passer un moment privilégié avec soi même, pour s’aimer et se faire du bien, ce sera totalement différent et on pourra même s’arrêter après avoir pris beaucoup de plaisir (peut être aussi avec des orgasmes non éjaculatoires) sans pour autant se sentir frustré, par contre on risque d’accumuler une énergie sexuelle qui sera particulièrement précieuse pour une séances prostatique ultérieure.