#34487
bzobzo
Participant

à nouveau dans la sciure et les copeaux de bois
avec mes outils autour de moi,
moi tout nu attentif à mon travail
mais en même temps tellement excité,
la peau de mon corps entièrement nu est devenue tellement réceptive au moindre contact,
rien que d’être assis par terre, de me frotter un peu les fesses contre le sol
et je gémis déjà de plaisir

je glisse deux, trois doigts dans ma fente, elle est entourée de copeaux,
j’ai l’odeur du bois fraîchement coupé dans les narines,
je fais des lents mouvements avec mes doigts synchronisés avec des contractions,
comme le plaisir me vient facilement, comme il m’emplit d’une dense chaleur et de frissons,
je me mets à remuer un peu en mode liane lascive assis par terre,
tout se met à bouger en moi, des vagues de volupté se forment,
des arabesques de chaleur voyagent

bon, je reprend, je n’avance pas beaucoup avec mon travail
mais je ne me culpabilise plus, cela prendra le temps que cela faudra,
ainsi au moins, avançant paresseusement, j’aime à nouveau travailler de mes mains
et j’obtiens de meilleurs résultats car je parviens à être plus patient et plus attentif
malgré l’excitation qui est partout dans mon corps
et plus particulièrement dans mes couilles
qui semblent être des petites éponges rondes et poilues , dégoulinant d’un nectar délicieux au moindre contact

j’ai mes occupations au quotidien
et parallèlement presque en continu, une vie sexuelle qui se déploie