#34491
bzobzo
Participant

mon corps chéri,
au quotidien, tu me donnes bien des soucis
mais je comprends bien que tu as vieilli
et même plutôt mal
mais à qui la faute, tu me répondrais…

mais au lit, corps chéri, tu m’as révélé,
une éternelle jeunesse en toi,
tu m’as révélé une fontaine de jouvence intarissable,
tu m’as révélé tant de félicité, tant de volupté, o mon corps chéri,
grâce à toi, nous visitons de telles altitudes, tutoyons des sommets rares

o mon corps chéri, un jour,
(le délai se réduit maintenant de plus en plus, l’issue commence à poindre dans le lointain),
nous retournons ensemble à la poussière
mais en attendant, mon corps chéri, cette chair tienne me révèle de doux secrets, de puissants secrets,
cette source dans tes profondeurs, nous nous y abreuvons au quotidien avec délectation

le ciel, grâce à toi, devient de plus en plus spacieux, vaste, vaste, vaste,
bleu tellement lumineux, bleu tellement gorgé de lumière,
qu’il fait bon de fermer les yeux et de se sentir pousser des ailes,
dans cette chair tienne devenue la plus magique piste de décollage possible