#34677
AndranerosAndraneros
Modérateur

Tu demandes @kirk_ :

Tu abordes comment tes sessions généralement ? 

Cette question est évidente pour toi. Le problème est que la réponse ne l’est pas pour ceux qui te répondent avec honnêteté. En effet, de façon générale, nous évoluons entre ce que nous sommes au commencement de notre cheminement et ce que nous devenons au fil de nos découvertes. Cela signifie que la manière d’aborder nos sessions change sous l’effet de l’expérience que nous gagnons et des aptitudes sensuelles que nous développons.

Le parcours d’ @lighteningbolto illustre ce que je dis. Il a commencé par des questions, il a gagné en expérience et tout s’est peu à peu mis en place pour que les questions initiales disparaissent remplacées par le développement de ses nouvelles aptitudes. Il fait partie de nos amis qui ont pu progresser rapidement vers le super O’. Son parcours en est d’autant plus lisible. @filou suit le même parcours avec beaucoup plus de difficultés, ce qui lui demande plus de patience et plus d’application. Sur le fond il n’y a pas d’autres différences.


@lighteningbolto
demandait il y a neuf mois :

– Cette fameuse contraction involontaire n’arrive pas. Pourquoi ? Est-ce normal au début ? Après la phase détente, je contracte la zone anale 15-30 secondes, je relâche 2-3 secondes et je recommence. Est-ce correcte ?
-On me parle de détente et d’excitation. Comment cela peut être compatible ? Je ne peux pas faire les 2 en même temps.
Pour l’instant, je procède de la sorte : je regarde des choses qui m’émoustillent un peu et quand je sens l’excitation, j’arrête. Je mets en place le masseur puis me détend. Cela dit l’excitation retombe forcément en bonne partie. Une fois détendu, je tente de ressentir les sensations. Mais du coup, je pense aux sensations, et non plus à la détente, la respiration, ni à des choses érotique… Que faire ?

Il ajoutait le lendemain :

 Dois-je stimuler en cours de séance le désir érotique? Visualiser ou voir des choses détourne forcément en grande partie mon attention de la zone à ce moment la. J’imagine que pour quelqu’un habitué à cela, les sensations doivent être assez forte pour le faire mais mes « étincelles débutantes doivent être écouté pour les entendre ». Du coup, peut être dois-je me ménager des sortes de phases en cours de séance pour maintenir cette excitation sexuel ? Par exemple (même si ca fait très protocolaire j’en ai conscience) : Excitation, mise en place de masseur, détente, méditation sur la zone, excitation érotique, méditation sur la zone, excitation érotique, méditation sur la zone etc… Ou au contraire, à mon niveau, cette excitation érotique forte doit être stimulée qu’avant la séance ?

Début décembre il commençait à prendre ses marques :

La session a débuté comme d’hab. Sur le dos, Excitation, puis mise en place du maximus, et détente via la respiration. Une fois zen, j’ai commencé quelques contractions legères. Les sensations agréables étaient présentes mais ne ďécollait pas plus.
Puis, je me suis mis sur le ventre et j’ai repris les contractions en essayant de bien respirer. Le fait d’être sur le ventre et de respirer avec faisait bouger un peu mon bassin. De plus, la position me libérait un peu plus les fesses.

Le 13 décembre il semblait avoir oublié ses questions initiales :

J’ai reçu l’HELIX!
J’ai pu donc le testé à la place du maximus. Pour cela, je suis resté sur la technique de la double lubrification rectum et masseur. Le reste de la session correspond à mes habitudes: excitation sexuelle pré-session, mise en place de l’helix, 10 minutes de détente en « do nothing », et stimulation par contraction. C’est vrai que les sensations sont différentes. Il est plus mobile et je trouve qu’il cible mieux la prostate, comme le disais @epicture . (… )
J’ai travaillé un peu hors session la méditation autour de la respiration, et quelques exercices de kegel, ca aide sans doute un peu aussi.
J’ai aussi essayé de faire ce que me suggérais @andraneros et de ne rien n’attendre de la session, de la vivre comme un entraînement. J’ai accepté l’idée que le « rewriring » prenait du temps.

Peu à peu tout devient naturel jusqu’à son expéfience de fin décembre :

13 ème séance à l’instant… OMG…
Je commence par l’helix. 10 minutes de détente sans bouger. Agréable.
A la fin, je lis une histoire érotique trouvée sur le net. Hmm ca m’a réveillé un peu.
Je poursuis par des contractions légères. Le plaisir habituel arrive.

Fin janvier il récapitulait :

Pour participer, dans mon cas je te dirais que le traité a été LA voie à suivre, surtout au début.
Perdu dans ce brouillard, qui pour la plupart des personnes appartient à la légende, le traité a su indiquer une direction à travers les brumes, telle une boussole. Elle explique aux néophytes, dont j’ai fait partie encore récemment et dont je m’estime « tout juste sortie » les premières choses à intégrer pour parvenir à orgasmer, à l’instar de nos compagnes, d’une manière interne et répétable, et un potentiel qui semble à mes yeux et si je me fie à ce que je lit, grandissant.
Ainsi le subtil mélange de détente, excitation et contraction se trouve expliqué sur la plupart des aspects. Mais le diable se cache dans les détails n’est ce pas?
Les limites du traités semblent être ceux de l’individualité.

En février il répondait à @ziiinderling :

Ce qui faut que tu comprennes c’est que l’orgasme et le plaisir prostatique est fait de micro-sensations, qui s’intensifie au fil des séances, à force de se focaliser dessus, de les comprendre, de les ressentir. C’est ce qu’on appelle le rewiring. On le vit tous ici comme un cheminement vers le graal.
Ainsi, le plaisir « pur et dur » comme tu te l’imagines sans doute n’arrivera sans doute pas de suite, et pas sous la forme que tu te représente. Quand à l’orgasme, lui aussi met souvent du temps à arriver (cependant tu sembles avoir une affinité à ce niveau), et effectivement on est tenté rapidement de le comparer avec ce qu’on connaît, l’éjaculation. Au départ, il sera sans doute moins fort, mais au fur et à mesure, la notion de plaisir s’intensifiera de plus en plus. Le coté répétable de ce dernier te prendra de cours. Il te faudra intégrer ces nouvelles données dans ton ADN, ce qui prends du temps.

En mars il répondait à @bzo :

Cependant, comme tu le dis toi même, tu t’éloignes pas mal de la voie standard…
Je pense que c’est une force, car si le traité signe les premiers pas vers l’orgasme, le reste est personnel. De mon coté par exemple, je fais un mix, je suis le traité dans mes sessions masseurs, tandis que j’emprunte les chemins de traverses, m’inspirant de ton expérience principalement, en A-less principalement.

Enfin fin juillet il expliquait à @serpenth :

Pour ma part, à présent que je suis initié, je commence ma séance par 10 respiration ventrale en focalisant mon mental dessus. Cela permet de me détendre et ne prend plus que 2 min alors qu’avant j’y consacrais un 1/4 heure.

Je laisse la place à @lightningbolto pour qu’il t’apporte sa réponse. Bon cheminement @kirk_.