#34693
bzobzo
Participant

quelle complétude de la sensation, quel cercle parfait de la sensation

je sens le coup de rein, lent, puissant,
je sens le dard dressé, gorgé de sang que je pousse devant moi,
le dard dressé, gorgé de sang que j’enfonce dans de la chair tendre et réceptive
et puis je sens le dard dressé, gorgé de sang, s’enfoncer dans mes entrailles,
je le sens s’enfoncer dans ma fente , écarter les chairs,
je sens mon bassin tellement élastique, donner sous la puissance du coup de rein,
je sens mes entrailles s’enflammer et fondre en même temps,
je sens la grenade douce qui éclate en moi,
les éclats de chaleur soyeuse qui s’envolent de tous côtés

tout cela en une seule et même sensation,
richesse inouïe de l’effusion et de la communion, du chant dans la chair,
d’être en même temps des deux sexes
fondus en un,
d’être réuni, réuni, réuni,
à moi-même,
d’être un volcan d’amour, tout feu, tout flamme,
habité par toute la tendresse et toute la lascivité du monde