#34786
AndranerosAndraneros
Modérateur

Tu introduisais ce nouveau sujet début juin dernier en écrivant :

Il ne faut pas voir cela comme une concurrence faite au massage prostatique dans la mesure où il n’est jamais question ici de l’usage d’un masseur prostatique. Non, il s’agit d’une pratique qui peut être complémentaire, et qui peut même, en tous cas pour moi, venir accélérer le mouvement, sur le cheminement du massage prostatique, vers le super O. Je suis en effet très lent, et la découverte de ces techniques m’a beaucoup aidé.

Ta session de rentrée est une magnifique démonstration de ta démarche et prouve que tu as superbement travaillé pour atteindre un tel niveau de pratique. Je suis heureux de voir à quel point tu maîtrises aujourd’hui la réponse orgasmique de ton corps à des stimulations sensuelles aussi diverses et aussi puissantes.

Ta réussite confirme bien ce que dit le wiki Aneros en décrivant le masseur prostatique comme une aide à l’apprentissage des techniques qui permettent à l’homme de maîtriser l’art de l’orgasme multiple, au même titre que les techniques enseignées dans le Tantra et le Tao. En t’appuyant initialement sur l’enseignement de Mantak Chia pour la maîtrise de ton énergie sexuelle et en développant ta nouvelle sensibilité avec la pratique de la danse de Shiva-Shakti tu nous montres comment notre pratique nous ouvre la voie d’un développement qui n’a plus rien à voir avec le point de départ de l’orgasme pénien prisonnier de son éjaculation.

En avril dernier tu ressentais encore :

un blocage des montées orgasmiques au niveau de la gorge. Et je pense que mes spasmes musculaire sont provoqués par ce blocage.

Ton expérience me rappelle ce que disait @jieffe en juillet l’année dernière :

Mes (mon) orgasmes me restent bloqués dans la gorge, et je sens bien qu’il veulent s’exprimer. Ma gorge est prête à exploser tant il tente de forcer le passage.

La description de ta session de rentrée ne mentionne pas cette forme de blocage. Peut-on en conclure que ta pratique, je devrais dire ton apprentissage raisonné t’a permis d’éliminer ce frein à l’embrasement complet de ton être au moment de tes orgasmes ?

Ta conclusion :

Je suis connecté à moi-même désormais 24H/24. Mon corps a intégré cette pratique dans son fonctionnement et je me sens moins fatigué qu’avant, malgré des séances parfois marathon.

Apporte une réponse à la question que pose @serpenth à la fin de son dernier message. C’est aussi ce que je ressens à ma manière. Mon analyse est que
• Les muscles qui travaillent pendant nos sessions finissent par se renforcer,
• Nous vivons notre jouissance de plus en plus naturellement et nous la recevons, nous l’accompagnons avec de moins en moins de résistance, avec de moins en moins d’effort,
• Sous l’effet de nos expériences orgasmiques je suppose que notre équilibre hormonal se modifie,
• Si l’on croit certaines découvertes récentes, les états méditatifs dans lesquels nous baignons modifient le fonctionnement de notre système nerveux, modifications éventuellement amplifiées par l’expérience quasi quotidienne d’états orgasmiques,
• Mois après mois nous ressentons les effets à long terme de cette discipline.

Bon cheminement @epicture.