#34798
AvatarLOULOU
Participant

Bonjour Andranaros et les autres amis.

Tu as écrit : « J’ai essayé de faire croire à nos lecteurs que nous étions des gens normaux. Si j’ai bien compris c’est raté. »

Mais non c’est pas raté! C’est tout le contraire.
En nombre, une majorité de personnes n’est pas forcément dans le vrai de dire que nous ne sommes pas « classable » dans la normalité.

Pas écrire que nous, hommes et femmes occidentaux, est construit sur la consommation que nous en faisons. Le peuple, non péjoratif, est guidé d’une façon habile
que par l’attrait du gain de la part du monde capitaliste et politique. Et à cause de cela, la vraie philosophie de la VIE, cette prise de conscience du « Moi » est adroitement étouffé et disparait de nos écrans radar.

Alors, à réfléchir, et si notre petite communauté, présente à travers ce site, que nous pourrions qualifier de normale dans la recherche du plaisir solitaire, de l’épanouissement personnel, de la philosophie à se découvrir en tant qu’individu unique, penses-tu que c’est moins acceptable qu’une vie de quidam lambda, vivant en couple sans vraiment dans le bonheur, ou dans la majorité d’entre eux, ces couples qui sont malheureux dans l’épanouissement personnel, mais qui ne savent pas dire stop, par préjugé de la société et du qu’en dira t’on?
Même une fois séparé si cela arrive, l’élément masculin ou féminin va t’il plonger dans la tentative de découverte de son « MOI » intérieur philosophiquement parlant? Je pense sincèrement qu’ils ne doivent pas être très nombreux!

En conclusion, nous ne sommes pas nombreux, mais notre force, c’est la conviction du bien fait de la découverte de ce que notre corps
peut nous apporter. Philosophie, une certaine idée de la sagesse, de se dire que nous ne vivons pas en solitaire. Nous sommes merveilleusement accompagné pour allez de l’avant grâce à la découverte de notre « MOI » intime. C’est qui les plus heureux? Ceux qui vivent en couple, dans une grande majorité à l’hôtel du cul tourné (oups, un peu grossier comme expression)? et qui restent malheureux comme une pierre abandonnée? Bien que vivant en couple? Ah ma basta, ils sont en couple et vivent dans la solitude affective… ça sert à quoi? c’est passer à côté du bonheur et de l’épanouissement personnel.

Alors, c’est qui les plus heureux? C’est nous, notre petite communauté de ceux qui ont tout compris de la vie. La naissance, tu es seul, et c’est un arrachement à la matrice. Ta première souffrance de séparation d’un être qui restera ta référence. La mère biologique.

A la fin de ta vie génétiquement programmée. Tu seras seul aussi pour aller explorer l’au de là si il existe. C’est quoi les deux étapes les plus importantes, celles qui posent le plus de problèmes philosophiques : la naissance et la fin de vie.
Et puis, entre ces deux extrémités, il y a le parcours de la « vie », une fois la naissance faite, il faut construire sa vie, certains le font sans se poser de questions, ils sont riches en amour sexuel avec leur(s) compagne(s), ils sont riches financièrement. Ils sont beaux et d’un physique attirant. Mais sont-ils assez philosophe pour se poser les questions : suis-je vraiment heureux? Pourquoi mon épouse écarte les cuisses plusieurs fois par semaine? Par amour de ma personne? Me satisfaire sexuellement pour ne pas me perdre parce que j’amène par mon travail des sommes conséquentes tous les mois sur le compte en banque commun, lui permettant de vivre une vie rêvée, sans travailler pouvoir s’offrir les derniers vêtements tendances pour rester « dans » la mode vestimentaire de la saison. S’acheter les derniers objets hi-tech connectés pour briller au prés de ses copines?

Elle est où la joie de vivre la-dedans? L’argent, le paraître social, les succès amoureux. Peut-être parce qu’il possède une voiture de luxe, nommée dans le langage populaire  » escalator à gonzesses »? Il est à plaindre ce pauvre bonhomme.

Bien à vous… et n’oubliez pas d’être heureux.