#34975
AvatarLOULOU
Participant

@andraneros
Il serait long d’expliquer ici (de plus dans ce fil nous serions hors sujet), de résumer toute une vie dans le questionnement de l’origine
de la vie sur Terre. C’est une de mes passions. Des premières briques élémentaires à la biosphère que nous connaissons aujourd’hui.
Se mettre à l’échelle du temps. De la première bactérie il y a 3,8 milliards d’années, jusqu’à l’Homo sapiens il n’y a que … 200 000 ans,
ça donne le vertige n’est ce pas? Et il s’en est passé des choses depuis la première bactérie!

Il y a une quinzaine d’années j’ai eu la chance de croiser la route d’une biologiste et généticienne. Nous discutons fréquemment.
A un moment je m’interrogeais sur l’existence d’un troisième œil chez une espèce proche du lézard. Le juvénile à un œil sur la tête qui a presque tout pour être fonctionnel. Dans l’évolution de cette espèce la Nature à supprimé sa fonctionnalité, mais pas l’organe. En grandissant d’ailleurs il est recouvert par des écailles.
De même chez certaines espèces de lézards (l’orvet par exemple) les pattes sont atrophiées… mais n’ont pas étaient effacées.

La prostate pour en revenir au sujet est peut être l’exemple d’un organe dont une des fonctions a été comme « éteinte » pour être remplacée
( afin d’obtenir l’orgasme attendu, « récompense motivante » de la reproduction sexuée) par l’extrême sensibilité du gland.

J’ai pensé à cette hypothèse en corrélant les faits et les origines expliqués plus haut, alors que je me posais la question du pourquoi
de l’existence d’un plaisir prostatique si bien caché, dans un message précédent.
C’est de là que j’ai eu l’envi de travailler, de creuser le sujet. Mon amie m’a était d’une aide précieuse pour me dire que mon hypothèse
« tenait la route ». Malheureusement nous n’avons pas de preuves scientifiques, pas trouvé de liens sur la toile vraiment probants. Pourtant, en tant que scientifique mon amie sait fouiller!

Concernant les connections nerveuses. En discutant cette fois ci avec mon ami médecin, l’influx nerveux de l’orgasme prostatique parvient bien jusqu’au cerveau, mais celui-ci ne sachant pas se qu’on lui demande, il n’interprète pas. La zone du cerveau devant traiter cette info est en sommeil.

Pour mieux comprendre : prenons un sujet dont l’audition est normale, vous entend et comprend le sens de vos paroles. Peu à peu, avec l’âge, il a de plus en plus de difficultés à vous entendre, s’il attend trop pour mettre des aides auditives ça va se compliquer! Il vous entendras de nouveaux mais ne comprendra pas le sens de toutes vos paroles, la zone qui traite la compréhension c’est endormie, atrophié. Il lui faudra du temps et de la concentration pour retrouver la signification du son d’un mot entendu.

Cela, ça pose un gros problème pour valider l’hypothèse que la Nature, au cours de l’évolution, n’ayant plus besoin de cet orgasme prostatique a éteint volontairement la lumière?
Ou bien est-ce seulement que si pratiquer tôt dans la jeunesse, comme l’apprentissage de la compréhension des sons des mots, tous les hommes pourraient prétendre à cet orgasme, à cette jouissance, très facilement.

Là on rentre dans un phénomène des tabous de notre société. Peut-être pour preuve qu’il me semble (il faut que je recherche ou bien si quelqu’un connait le sujet?) que certaines civilisations il y a bien longtemps pratiquaient le plaisir prostatique.

J’aurais du rajouter dans mon post #34948 : Cette tentative d’explication de l’origine du plaisir prostatique ne reste qu’une hypothèse
et n’a reçu à ce jour aucune preuve de validation scientifique.

Bon finalement, Andraneros, en guise d’une réponse courte (mais comment faire une réponse courte) quand on s’embarque dans ce sujet.
Suite à ta question, j’ai écrit un pavé!

Il serait peut-être utile de créer un post du genre « de l’origine du plaisir prostatique » où quelque chose comme ça, et d’y transporter certaines parties de ce post traitant ce sujet? Mais je sais pas faire!