#35023
bzobzo
Participant

il y a deux jours à peine, je conseillais dans le bassin
de coordonner le plus possible le mouvement de pénétration et la contraction
avec les frottements des cuisses avec les parties
et ne voilà-t-il pas que pas plus tard que depuis hier, je redécouvre les subtilités, les délices
et l’extraordinaire potentiel de ce mouvement de pénétration accompagné de sa contraction
mais sans les cuisses et les parties faisant frotti frotta

donc les jambes un peu écartées , voire beaucoup écartées,
la sensation de pénétration toute seule, enrobée, fortifiée, par les vibrations de la prostate,
d’abord il y a un peu une impression de vide dans le bassin,
du fait qu’il n’y a pas tout ce nectar soyeux
que j’obtiens en grande quantité des pressions de mes cuisses sur les bijoux de famille
mais j’ai appris à apprécier très vite au contraire de n’avoir que la sensation de pénétration dans le bassin

ce n’est pas nouveau en fait, c’est vraiment une redécouverte
car j’ai commencé ainsi et pratiqué ainsi pendant plusieurs mois à mes débuts en aneroless
mais à l’époque , je n’avais pas encore les mêmes capacités
à faire monter les énergies et à me laisser emporter, que maintenant
aussi quand à l’époque je me suis rendu compte de toute la volupté soyeuse que je pouvais obtenir
en laissant jouer mes cuisses avec mes couilles et mon pénis,
j’ai adopté cela avec enthousiasme et n’ai plus pratiqué que comme cela

mais aujourd’hui la situation est tellement différente,
ma pompe à énergie des profondeurs est devenue ultra-puissante
et la sensation de pénétration que je parviens à obtenir ,
rien qu’avec le mouvement et la contraction dans le bassin ,
est tellement puissante, tellement irrésistible
que j’ai directement ajouté avec enthousiasme cette variante à ma panoplie

doit encore m’y habituer cependant,
l’alternance avec d’autres moments ont les cuisses se resserrent viennent à nouveau se frotter,
ne se fait pas encore aussi naturellement et facilement que je le voudrais,
des automatismes doivent encore se créer

autre chose aussi, avec les cuisses venant presque constamment presser,
j’avais peu d’orgasmes, très peu même
mais cela ne me dérangeait pas outre mesure
puisque dès les premiers instants, une sorte de félicité jouissive
s’installait dans ma chair, dans tout mon corps
et puis si la séance se prolongeait et que la tension sexuelle montait progressivement,
alors je décollais, je basculais dans d’espèces d’extases interminables
où je ne savais plus où j’étais et qui j’étais,
comme emporté vers d’autres rivages, au loin en moi

cependant ces deniers temps, le décollage vertical
et l’explosion dans les entrailles et la tête, des orgasmes,
commençaient à me manquer,
eh bien j’ai très rapidement pu constater qu’avec cette manière de procéder dans le bassin,
c’est-à-dire rien que le va et vient et la contraction, sans les cuisses et les parties donc,
les orgasmes ont refait leur apparition, se bousculent même désormais au portillon

ils viennent rapidement après quelques minutes ainsi
augmentent en puissance et en durée , au plus je fais durer la séance
la tension sexuelle monte en flèche,
je dois encore apprendre à gérer tout cela, cela me fait une petite révolution dans ma manière de pratiquer,
je dois intégrer cette nouvelle manière dans mon bassin,
pour l’instant, cela manque de fluidité, les alternances