#35070
bzobzo
Participant

quelle merveilleuse découverte que de pratiquer ainsi debout,
quelle grisante sensation de liberté,
le désir semble déployer ses ailes comme jamais,
que les mouvements, les gestes, semblent libres d’aller dans toutes les directions, sans aucune restriction,
une excitation toute spéciale s’empare rapidement de ma chair,
la danse du désir

j’ai déjà souvent évoqué dans mes textes à quel point,
les sensations en moi étaient perçues par courbes, arabesques, vagues, soyeuses
à quel point aussi, c’était du chant, de la danse,qui semblait s’élever de mes cellules
mais là avec le désir comme prenant son élan librement,
une chorégraphie sexuelle lascive, improvisée, semble tellement me mener,
j’ai la sensation constamment d’effectuer des pas de danse, des figures de style,
c’est divin d’être à ce point empli par des notes de musique
et que cela envahisse aussi à ce point chaque instant de l’action

hier cependant dans mon enthousiasme, j’ai suggéré que cette manière, debout donc,
pourrait remplacer toutes mes autres manières,
ce ne sera bien sûr jamais le cas,
sûrement cela remplacera toutes mes façons hors du lit, tellement celle-ci leur est supérieure

mais couché, hier soir, j’ai exercé , à peine 5, 10 mn
et j’ai tout de suite compris
que jamais pratiquer couché, à l’horizontale, ne sera remplacé par aucune autre manière,
au fond je pourrai écrire,
que cette nouvelle manière que j’ai découverte, me propose une liberté totale à la verticale
et couché au lit, je goûte à une liberté totale à l’horizontale,
c’est-à-dire qu’au lit, mon corps était certes plus restreint dans ses mouvements,
il n’y avait donc pas cette formidable liberté de mouvement que j’ai découverte debout
mais par contre la liberté puissante de pratiquer à l’horizontale
vient du fait que le corps est débarrassé de sa pesanteur,
le corps n’a presque plus de poids à l’horizontale, couché

quelque part, on s’élance dans l’action déjà comme un oiseau, dès qu’on se met en action au lit,
on bat des ailes, on tente de décoller,
cela ne réussit pas toujours, voir pas très souvent pour certains
mais il y a comme une tentative de battement d’ailes,
on n’est plus tout à fait lié au sol par le fait qu’on s’est mis à l’horizontale,
on échappe d’une certaine façon à l’attraction terrestre,
la possibilité de se transformer totalement en oiseau point,
habite notre chair comme une promesse d’ivresse