#35103
bzobzo
Participant

toujours quasi exclusivement à pratiquer debout pour l’instant

j’explore toute cette disponibilité tellement totale du corps et dès le premier instant,
c’est vraiment étonnant,
le désir semble pouvoir s’exprimer sans aucune retenue dans son élan

sans aucun vêtement, j’ai besoin de sentir sous mes pieds nus le parquet,
la clef pour s’échapper au poids du corps empêchant de se laisser aller totalement,
de se lâcher comme à l’horizontale ou vautré dans mon fauteuil,
c’est de se laisser entraîner par le mouvement, de se laisser entraîner par le geste,
qu’il n’y ait plus d’intérieur, ni d’extérieur,
à force d’arabesques soyeuses qui semblent partir d’en moi et finir dehors,
le désir passe-muraille, le désir qui ne connait plus les limites de la chair,
semble aimanter l’air ambiant, le saturer de vibrations,
tout autour je ne reconnais plus les objets,
je perçois juste un monde en fusion avec mes entrailles