#35211
bzobzo
Participant

étonnant comme l’afflux d’ondes féminines et d’ondes masculines
s’est inversé chez moi par rapport aux sources habituelles qui les fournissent

je veux dire par là qu’en ma première année
où je pratiquais avec masseur un massage prostatique, certes éloigné du « do nothing » du traité d’Aneros
mais néanmoins encore classique,
en ce sens où comme tout le monde qui était parvenu à un certain stade de la pratique,
j’enchaînais les orgasmes, de temps à autre j’avais même un super O

le plaisir prostatique est un plaisir au masculin,
se servant certes d’un afflux massif d’ondes féminines grâce à la prostate
mais cela reste une façon masculine de vivre le plaisir,
en ce sens que ce qui intéresse le mâle fondamentalement, c’est d’atteindre l’orgasme

et comme la pratique prostatique lui offre la possibilité d’en vivre plusieurs,
ce qui l’intéressera à partir d’un certain niveau,
c’est d’en enchaîner le plus possible et le plus longtemps possible
et puis bien sûr aussi atteindre le Graal, vivre l’orgasme suprême, le super O,
tout cela est typiquement masculin

c’était il y a bien longtemps pour moi,
j’ai parfois l’impression que c’était il y a des décennies
tellement je me suis éloigné peu à peu de cette façon de vivre mon plaisir,
tellement celui-ci a changé, a évolué,
tellement ce ne sont plus les orgasmes qui m’intéressent
mais la qualité des sensations, leur variété, leurs nuances
et puis que le plaisir soit ressenti dans tout le corps

ce que j’ai voulu écrire ici, c’est que chez moi
l’afflux d’ondes mâles et d’ondes femelles s’est totalement inversé
par rapport aux canaux habituels du pratiquant,
en l’occurrence, il a accès aux ondes féminines grâce à la prostate
et son sexe reste une zone interdite car elle fournit des ondes mâles
qui ne sont pas vraiment utiles durant la pratique prostatique,

les parties génitales fournissent massivement des ondes mâles
et c’est avant tout intéressant durant le sexe avec partenaire
ou des pratiques masturbatoires très spécifiques genre électro-stimulation
ou encore avec des techniques genre Mantak Chia

donc pour résumer, les parties génitales chez l’homme,
fournissent des ondes sexuelles mâles
et sa prostate lui donnent accès aux ondes femelles
qui lui permettront de vivre le plaisir prostatique

eh bien chez moi cela s’est inversé complètement peu à peu durant mon développement
vers ce que j’appelle mon plaisir androgyne,
mes parties génitales me fournissent des flots de volupté soyeuse,
une richesse infinie de nuances,
des flots d’ondes féminines, nectar ineffable dans lequel je baigne durant mes séances

alors que ma prostate couplée aux contractions,
me fournissent la sensation de pénétration, de sexe dur allant et venant en moi,
ce n’est possible que grâce aux vibrations de la prostate,
ce sont elles qui confèrent une raideur à l’engin,
toute sa puissance de pénétration

tout cela est le fruit d’une lente reprogrammation,
je peux toujours bander, je pourrais toujours bien sûr éprouver un plaisir classique avec mon sexe,
ressentir avec un afflux massif d’ondes mâles,
je ne sens en moi aucune atténuation d’aucune sorte de ce point de vue,
j’en ai la preuve à chaque fois que je tombe sur une image de femme qui m’excite,
je sens ma queue se durcir, je sens le délicieux afflux de sang,
mon braquemart qui se tend et qui semble vibrer
et je sens bien que je pourrais m’en servir sans difficulté et lâcher une bordée comme tout un chacun