#35258
AndranerosAndraneros
Modérateur

(Seconde partie de ma réponse sur 2) Votre expérience du massage prostatique
Vous nous dites :

Oui j’ai des contractions qui montent en intensité. Mais je dirais pas « involontaires ». Si on sonne à la porte tout s’arrête,

Pour bien comprendre, dites-vous qu’elles « montent en intensité » pendant la session ou depuis le début de votre pratique ?
« Involontaires » dans notre langage désigne des contractions dont le déclenchement n’est pas commandé par notre volonté mais vient en réponse instinctive à la stimulation du masseur. N’importe quel événement extérieur ou pensée parasite peut y mettre fin. De nombreux messages portent sur des contractions involontaires qui s’interrompent à un moment et demandent ce qu’il faut faire pour les conserver. La réponse est de se concentrer sur ces contractions et les sensations qui y sont associées à l’exclusion de tout autre pensée. Peu à peu la pratique permet de mettre son esprit dans la disposition idéale et d’obtenir une sensibilité grandissante aux stimulations du masseur. Le développement de cette aptitude n’empêche pas qu’un événement fortuit vienne perturber cet équilibre et interrompe momentanément ou définitivement la session en cours.

alors que si je jouis, je peux pas empêcher le sperme de jaillir.

La situation que vous citez n’est pas du tout comparable. Cette situation associe l’orgasme et l’éjaculation, association instinctive pour encourager le renouvellement de l’espèce. Or nous savons, ici bien sûr mais pas seulement, que l’orgasme et l’éjaculation sont deux événements qu’on peut vivre indépendamment l’un de l’autre, soit à la suite de problèmes de santé, soit à l’issue d’un apprentissage qui peut prendre des formes très différentes. L’inévitabilité de l’éjaculation que vous citez n’est donc que l’incapacité de la contrôler. Si vous prenez un peu de temps vous pouvez lire sur notre forum et sur d’autres forums spécialisés comment nos amis deviennent capables de vivre des orgasmes intenses et nombreux sans éjaculer, et comment ils ont de moins en moins besoin d’éjaculer pour être sexuellement complètement satisfaits.

Oui j’ai des sensations journalières maintenant. J’ai d’ailleurs consulté des spécialistes car cela m’inquiétait.

Dans le cadre de notre apprentissage c’est a priori un vrai succès. Mais comme vous ne détaillez pas les sensations que vous avez je ne peux pas me faire une opinion.

je n’ai pas d’orgasme prostatique. Enfin je ne crois pas. Mais je ne sais si l’on pourrait parler d’orgasme. Quand je jouis, toute la frustration part, je me sens détendu, je me dit « aah ça va mieux », je pense à autre chose et je m’endors.

La lecture des forums spécialisés sérieux vous montrera qu’il n’existe pas un type précis d’orgasme prostatique. Il peut exister autant d’orgasmes prostatiques qu’il y a de pratiquants, voire beaucoup plus, si on considère les nombreux messages qui décrivent comment leurs auteurs sont passés de l’orgasme pénien avec éjaculation à des expériences d’orgasme prostatique qui évoluent sans cesse tout au long de leur apprentissage et de leur pratique. Faute de détails plus précis je n’exclus donc pas que vous ayez déjà fait l’expérience de l’orgasme prostatique.

Là je lis partout que l’excitation est permanente et ne part jamais vraiment. Ce qui est mon cas, d’où la consultation, 

La stimulation de la zone prostatique éveille l’excitation sexuelle mais dirige l’énergie qui y est associée dans le corps et non dans le pénis. Le premier effet de cette pratique est d’ouvrir l’accès à une forme de jouissance sexuelle (orgasme) sans éjaculation. Le deuxième effet induit par l’absence d’éjaculation est l’absence de période réfractaire et la possibilité de répéter les orgasmes à volonté. Le troisième effet est de maintenir le désir sexuel (libido) à un niveau d’autant plus élevé que la satisfaction apportée par cette pratique est de plus en plus grande. Cette situation est source de vigueur mais en aucun cas source de perversité pour une personnalité équilibrée. Ce peut être au contraire la porte d’accès à une forme de spiritualité comme vous pouvez le lire sur les messages de nos amis les plus avancés dans leur développement.

 la semaine dernière pour la première fois j’ai eu des contractions comme dans un vrai orgasme mais sans éjaculer.

Vous savez maintenant que ce n’était pas bizarre mais normal. Il vous reste à prendre la mesure d’une telle expérience. Il ne me paraît pas étonnant que l’utilisation d’un vibromasseur sur l’aneros ait eu « tendance à anesthésier la zone ».

Des messages récents sur notre forum illustrent très bien qu’il est utile de « se laisser aller à bouger ». C’est vrai pour le corps. C’est encore plus vrai pour l’esprit.

Bon cheminement @devi_x19.

(Fin de la seconde partie de ma réponse sur 2)