#35324
bzobzo
Participant

que de merveilleux moments encore de volupté et de jouissances interminables,
dans mes propres bras,
m’enlaçant comme si j’étais mon amant,
en même temps , comme si j’étais ma fougueuse et désirable maîtresse

je me rends compte maintenant que pour acquérir une solide maîtrise dans la station debout
car ces derniers temps, je ne pratique plus qu’ainsi,
il fallait en fait tout simplement bien mettre en place
mon mode liane lascive et mon mode pénétration,
de bien les faire dialoguer, d’établir leur complicité, leur synchronisation, pour me faire décoller

c’est une forte leçon que j’ai eue, d’avoir compris cela,
désormais je sais que si je m’essaie à quelque nouvelle position,
ce que je dois établir en priorité,
c’est cette balance entre ces deux modes qui constituent le coeur de ma pratique,
qui me permettent d’optimiser les sensations,
de vivre véritablement un acte sexuel, des ébats amoureux
malgré que je sois tout seul,
mieux en fait tout seul
puisque je peux le vivre des deux côtés, le vivre aux deux bouts du dard,
éprouver les sensations sur tout leur spectre, du masculin jusqu’au féminin

je rappelle pour ceux qui éprouveraient des velléités de s’essayer à ma manière de pratiquer,
que c’est pas bien compliqué, je suis un garçon simple,
mon but en m’éloignant du massage prostatique classique,
était de parvenir à ressentir la pratique comme un acte sexuel,
avec des gestes, des mouvements, des caresses, qui le suggèrent irrésistiblement en nous
car si on le ressent dans notre chair,
alors on le vit véritablement dans la réalité au fil des secondes

donc un petit résumé pour démarrer à la manière du @bzo
il faut dialoguer, établir une complicité, une balance
entre le mode liane lascive et le mode pénétration

le mode liane lascive au niveau des sensations, correspond au fond dans le sexe à plusieurs,
aux caresses, aux frottements, contacts et pressions diverses entre les corps,
les principaux acteurs du mode liane lascive sont
les mouvements lascifs de tout le corps, des déhanchements, beaucoup de mouvements du bassin,
pas avoir peur de se laisser aller à des mouvements qu’on pourrait qualifier de féminins, efféminés,
les mains vont et viennent, caressent beaucoup, un peu partout,
avec tout de même les seins comme principales cibles,
personnellement avec la main gauche, je traîne aussi beaucoup sur la bouche, autour,
caressant les lèvres, les écartant un peu,
les hanches, les flancs, les fesses, tout peut y passer bien sûr,
les mains doivent être des cavaliers sans relâche explorant la peau

le mode liane lascive, c’est avant tout cependant le jeu des cuisses avec les parties génitales,
cela n’arrête pas de frotter, de presser, de malaxer, là en bas

je plie un peu les genoux, tend ma croupe , écarte les fesses,
mimique des mouvements de pénétration, enfin tout y passe,
c’est comme le cochon, tout est bon là-dedans pour inciter les énergies des profondeurs
à venir embraser les lieux

donc voilà pour le mode liane lascive,
être ardent, imaginatif, ne pas avoir peur de bouger comme une femme
si le désir entraîne dans cette direction

et puis il y a le mode pénétration,
en mode pénétration, les mains s’immobilise à peu près, tout s’immobilise d’ailleurs à peu près,
il faut nuancer, relativiser, cela doit rester souple,
on alterne le mode pénétration et le mode liane lascive
comme les amants alternent des moments où ils se frottent ardemment l’un contre l’autre en se caressant
et puis des moments où il y a va et vient du pénis dans le sexe de l’autre
mais ce n’est pas délimité au cordeau, il y a des moments de flottements, des enchaînements
où le va et vient est déjà là mais où on continue de caresser encore

donc le mode pénétration, c’est un mouvement de va et vient avec une contraction,
comme je l’ai écrit ailleurs,
la contraction va dévier la course du mouvement de va et vient et le rediriger en nous,
ainsi on va avoir la sensation qu’on se pénètre soi-même,
la contraction a une autre utilité aussi
mais peut-être qui ne fonctionnera pas tout à fait, à plein puissance en tout cas, si vous êtes un débutant,
c’est qu’elle va mettre la prostate en branle,
les vibrations de celle-ci vont renforcer la contraction, décupler la sensation de pénétration,
lui donner en fait tout son réalisme, sa puissance

il y a moyen d’obtenir une infinie variété de nuances en mode pénétration,
un des grands avantages de l’aneroless sur la pratique avec masseur
est justement du fait de l’absence de masseur,
vous avez une totale liberté de mouvement
et avec un peu de pratique,
vous dirigez la contraction avec son cortège de vibrations de la prostate comme vous le voulez,
vous pouvez obtenir la sensation d’un dard en vous
avec toutes sortes d’effets subtils, de variations de trajectoire, de changements de vitesse,
bref là encore, il faut faire parler son imagination au plus près de son corps

donc toute la réussite réside dans une alternance des deux modes,
leur coordination, leur dialogue,
on est à l’écoute de soi, à l’écoute du plaisir qu’on ressent
comme si on était à l’écoute du plaisir d’une partenaire
et en fonction, on adapte nos actes,
passant tantôt en mode pénétration, tantôt en mode liane lascive,
c’est un processus très intuitif,
exactement comme dans le sexe avec partenaire

je préconise deux façons de pratiquer, couché, sur le dos essentiellement, dans un lit
ou debout,
c’est ainsi qu’on bénéficie du plus de potentiel