#35374
bzobzo
Participant

bouger moins mais bouger mieux

régulièrement j’ai déjà écrit des phrases de ce genre
mais à chaque fois je perdais cette directive de vue,
pourquoi?
et pourquoi c’est mieux?
(je parle ici , bien sûr, de ma pratique à moi
qui n’a rien à voir avec le « do nothing » 100% prostatique
que la plupart par ici , pratiquent ou essaient du moins)

les énergies montent en moi par vagues,
plus ou moins doucement, plus ou moins rapidement, selon les moments,
il s’agit d’être comme un surfeur, de bien rester dessus constamment, de rester dans le lit des vagues,
mes gestes, mes mouvements , vont apporter de la variété, créent des nuances,
me faire vivre la sensation que je fais l’amour
mais je devrais toujours rester sur la vague, bouger en restant sur la vague,
bien sentir la vague sous moi, continuer de rester toujours dessus en faisant mes petites figures de style,
ainsi cela reste optimal à 100%,
ainsi les sensations se donnent à 100%

alors qu’en bougeant trop, en remuant trop, me laissant emporter par les mouvements,
je sors de la vague, après j’y retourne dessus
mais c’est beaucoup plus efficace en restant toujours constamment dessus
en diminuant la gestuelle, en l’accordant bien aux vagues sous moi

c’est quelque chose que j’ai bien senti ce matin, je me suis éveillé,
j’avais allumé les chauffages une heure ou deux plus tôt, une fois que je m’étais levé pour aller uriner,
je le fais plusieurs fois par nuit,
donc quand je suis sorti de mon lit, il faisait déjà bien chaud, je suis resté nu,
toute la machinerie s’est immédiatement mise en route au premier contact de mes couilles avec mes cuisses,,
directement c’est un festival de sensualité, d’érotisme,
je vaquais à mes occupations matinales, remplir la machine à laver, préparer le petit déjeuner,
changer les draps de mon grand lit
tout en laissant jouer mes cuisses avec mes bijoux de famille,
comme cela frottait là en bas, oh comme cela m’emplit de soie chaude,
de temps à autre, je me déhanchait ou commençait à onduler sur place tout en me caressant
et c’est là qu’il y a eu le changement,
je me laissais pas emporter par le mouvement n’importe comment,
j’écoutais un peu plus, je freinais pour sentir que je restais bien sur la vague,
quand je me sentais bien dessus, bien stable,
je m’autorisais des petites figures de style, en quelque sorte,
je bougeais de plus en plus, je dansais mes ébats de plus en plus
mais toujours en veillant que je ne quitte pas le flux d’énergie,
que je le sentais bien me porter, m’emporter

donc maintenant cela semble bien vissé dans mon action,
cette espèce d’extra écoute du flot de l’énergie montant en moi,
bien sentir que je ne dévie pas trop, que je reste bien dans son courant,
nettement moins de fluctuation ainsi de la tension sexuelle,
je la sens monter en puissance rapidement
et s’établir fermement dans ma chair

mon corps s’en empare déjà de cette façon un peu différente de faire,
en freinant par moments les gestes, les mouvements pour bien rester à l’écoute,
la perception de la tension sexuelle détermine le rythme de l’action,
si celle-ci faiblit, au lieu de rester ferme et d’augmenter doucement,
alors c’est que je quitte le courant de l’énergie, je me suis éloigné de son lit,
je freine alors l’action jusqu’à sentir que je suis bien dedans à nouveau