#35544
aneveilaneveil
Participant

@Theghosssst,

En effet ce que tu décris ressemble beaucoup à des orgasmes, alors oui comme le dis très justement @bzo,
pourquoi chercher « à vouloir identifier, localiser, répertorier, classifier? »

Chercher à savoir si on atteins un orgasme ou pas, le « Super O » etc… ne fait qu’entretenir une tension mentale qui peut aller à l’encontre d’un lâcher prise, d’une acceptation de ce qui est, au final ce type de questionnement peut engendrer beaucoup de frustration. A force de lire des témoignages d’orgasmes prostatiques stratosphériques, on idéalise ce que doit être l’orgasme, on se compare et se sent nul, c’est un peu le cas pour toutes les formes de sexualités qui par les médias deviennent des normes pouvant nous empecher de vivre ce que l’on a d’unique.

Se donner du plaisir sans rien vouloir classifier, s’en abreuver et passer un excellent moment avec soi même sans rien attendre est le meilleur moyen d’ouvrir des portes et de parfois vivre des séances exceptionnelles.

Bon séjours au jardin des délices.