#35575
AvatarDevi_X19
Participant

Bonjour à tous,

Cela fait un moment déjà que je n’ai pas écris sur le forum. Il faut dire que vos réponses m’ont mis dans une profonde réflexion. Avant toute chose je tenais à m’excuser pour mon premier message, qui je pense est sûrement le pire message de présentation qui soit. Que j’ai honte! A la relecture je m’aperçois que je n’étais pas dans un bon jour, le tableau est trop noir, pas honnête, et j’aimerai le supprimer, l’écrire à nouveau.

Bien sûr que le célibat me pousse à exacerber ma sexualité en solitaire, mais en y repensant, je ne le vis pas comme un échec, bien au contraire, d’ailleurs j’en suis assez heureux car c’est cela qui m’a conduit à découvrir cette manière de me faire l’amour. La part de honte et de questionnement sur mon orientation sexuelle est par contre bien présente, mais vos remarques m’ont poussées à la réflexion, d’où mon silence.
Je dois dire que je commence à accepter vos sages paroles, que cela n’a rien de mal ou d’anormal et cela m’aide dans mon cheminement vers l’orgasme prostatique. Je me libère peu à peu, sans honte de ce qui m’arrive, de ce que je découvre.

Deux semaines en arrière j’ai recommencé un cycle d’abstinence, en me retenant de jouir 6 jours. J’ai commencé les séances au troisième jour. Vers la fin j’en faisait 2 à 3 par jour. Pour l’instant je n’ai pas grand chose à apporter de neuf, hormis l’acception de se plaisir sans honte. Mon corps m’a tout de même poussé à adopter une posture non conventionnelle : j’étais assis sur la couette et je me frottais délicatement l’aneros avec des mouvements de va-et-vient. Ces caresses étaient délicieuses ! J’ai même cru sentir une mini libération, comme un mini orgasme mais je n’ose pas y croire, car il n’y avait rien d’explosif, mais plus de l’apaisement. Cela c’est reproduit une deuxième fois, et après j’avais du mal à tirer quoi que ce soit d’autre de la séance.

D’ailleurs pour répondre à Andraneros, il y a monté de l’intensité du début à la fin de la session, mais aussi depuis le début de la pratique, même si actuellement je stagne un peu.

Cette semaine je suis malheureusement en vacances. (Qui aurait cru qu’un jour je me plaindrai de cela), je ne puis donc faire de séances. Ou plutôt, j’ai essayé mais c’est là que je me suis aperçu qu’il m’est impossible de faire cela silencieusement comme la masturbation. Cela mobilise tout mon corps et je suis bien obligé de gémir !

J’ai hâte d’être à lundi pour recommencer mes séances, d’ailleurs j’ai dans l’idée de faire l’acquisition d’un nouvel aneros. J’avais en tête le progasm ice.

Pour finir, une question me travaille tout de même. À force de pratiquer la sodomie, je m’aperçois bien que les muscles anaux ont moins de tonus. Je n’ai jamais rien inséré d’extrême mais je vois bien la différence par rapport au début. Cette perte de tonus réduit-elle le potentiel de l’aneros ? La force appliquée étant plus faible, j’imagine que cela a un impact sur le plaisir ressentis .

Je vous remercie par avance de me lire et j’attends avec impatience vos réponses.

Bonne séances.