#35592
bzobzo
Participant

mon nouveau petit chauffage d’appoint est un vrai lion,
en plus de mes radiateurs au mazout ,
ensemble ils m’assurent sans problème désormais un 25°
qui me permettent à nouveau de vivre nu chez moi,
d’avoir toute ma peau à portée de main

ce corps dès qu’il est dénudé,
c’est comme si j’appuyais sur un bouton qui met quelque chose en route,
je sens en moi les énergies dans mes profondeurs comme sur la ligne de départ
prêtes à s’élancer au moindre signal
et des signaux, il y en aura, il y en aura à profusion

l’ivresse de la chair, l’ivresse dans la chair,
rien que d’écrire ces mots, comme cela me titille tout de suite,
comme cela me conforte, m’enfièvre rapidement

nu donc chez moi tout le temps,
mes cuisses toujours un peu serrées, c’est devenu une habitude,
semble former comme un nid à mes couilles et à mon sexe,
un nid douillet, un nid chaud où ils s’y plaisent,
on dirait qu’ils ronronnent de contentement,
ils dégagent une chaleur cotonneuse, veloutée
qui semble lentement se répandre par vagues dans les environs,
j’ai tellement pris l’habitude chez moi d’avoir cela dans le bassin,
ces petites vagues lentes, comme au ralenti,
de coton chaud, doux, ondoyant qui passent en nageant, comme un poulpe doux au ralenti,
un poulpe doux, soyeux, ondulant, ondoyant, effleurant partout dans mon bassin

quelques mouvements en plus, une contraction
et dégage cela se répand partout dans mon corps,
des vibrations partout dans ma poitrine,
qui remontent jusque dans ma tête,
là j’ai des étoiles plein les yeux, petits explosions de chaleur lumineuses,
une pluie d’étoiles douces plein les yeux

l’amour est éveillé en moi, servi sur son lit de volupté,
c’est un autel à la vie que j’ai dressé en moi,
que j’ai dressé dans ma chair