#35695
bzobzo
Participant

c’est comme s’il y avait une porte entrouverte en moi,
une porte entrouverte sur la magie d’un plaisir d’une incroyable richesse

à la maison quoique je fasse, quelque soit mon occupation,
je peux laisser s’exprimer mon désir,
je peux laisser chanter mon corps,
il y a un tapis magique quelque part, moteur allumé, prêt à décoller, qui m’attend tranquillement,
je n’ai qu’à enchaîner une ou deux caresses, un ou deux mouvements du bassin,
quelques frottements de mes cuisses sur mes bijoux de famille
et déjà il m’emporte

et comme il m’emporte…
rouler en moi comme un fétu de paille sur des vagues de volupté,
immergé, trempé jusqu’à l’os, dans un nectar voluptueux,
coulé par dix mille mètres de fond dans du nectar voluptueux

devenir à ce point complice de son corps, à ce point acolyte de son corps
c’est peut-être ma plus grande satisfaction,
à quel point je suis capable de l’écouter,
à quel point je suis capable de l’entendre,
à quel point je suis capable d’ouvrir ses portes les plus secrètes,
à quel point on est capable de s’envoler ensemble, de voler en communion

faire monter librement toutes ses énergies les plus intimes, les plus vitales
réclame juste cela,
devenir complice totalement de son corps, savoir l’écouter,
injecter dans sa chair tout l’amour, toute l’ardeur, toute la tendresse
qu’on porte en soi

sur la route de la soie intérieure,
je suis sur la route de la soie intérieure,
on n’imagine pas à quel point elle est large, elle est immense, elle est sans fin
c’est un boulevard ardent vers le ciel

libérer ce corps, le laisser galoper librement,
libre comme l’air, libre comme des notes de musique,
comme on est récompensé de ses efforts,
comme on est récompensé d’avoir insisté et encore insisté,
quand on arrive à de pareils résultats
quand toute notre être n’est plus qu’une flamme dansante,
qu’on est l’incandescence-même,
avec comme combustible, nos énergies les plus secrètes,
ce que la vie a placé en nous de plus précieux,
dans nos abysses un lac sans fond de vibrations scintillant dans l’obscurité
pour alimenter toute cette folie douce,tout cette folie soyeuse
que je libère dans ma chair

je me dépouille totalement de mon identité sexuelle,
accéder l’unicité de ce corps, accéder à la plénitude de ce corps,
accéder au spectre entier des sensations qu’il contient