#35696
EpictureEpicture
Participant

Bonjour @Zoe,

Tout d’abord, permettez-moi de vous dire que votre démarche est formidable, courageuse, et semble tellement rare.

Je suis tout à fait d’accord avec vous, cette plateforme est unique et ça fait du bien de pouvoir parler librement de ces sujets, et j’ajouterai : de lire aussi.

Vous semblez déjà experte, et fermement décidée sur une voie qui est la vôtre. C’est selon moi une chose essentielle. Ne perdez pas de vue que votre parcours vous appartient et qu’il faut se méfier des conseils. En revanche, pour progresser, rien ne vaut les témoignages. Ils sont offerts sans arrière-pensée, et vous pouvez y puiser ce qui convient à votre parcours personnel (qui inclus votre compagnon).

Pour ma part, une étape essentielle a été de percevoir mon corps (du point de vue du plaisir) non pas comme centré sur le pénis, mais sans centre. Mon corps entier est devenu pénis, ou prostate, ou vagin ou clitoris. J’ai des zones plus propices, plus innervées, et ma femme, à force d’exploration a appris à les manipuler. Lorsque mon corps est disposé, alors que je porte un Aneros, ou que je n’en porte pas, ses doigts sont capables de provoquer des orgasmes.

J’ai découvert, avec son aide, qu’une multitude de zones ont le pouvoir d’activer la prostate : les tétons, les flancs, les testicules, le coccyx, l’anus, la zone située entre les omoplates, les fessiers, les cuisses, les mollets, etc…

Je n’ai pas de position favorite, je m’adapte aux mouvements de sa main. J’aspire sa main avec mon corps, et c’est comme si des rayons d’énergie pénétraient mon corps à travers ses doigts. Ca fait vibrer mes muscles, et ça rayonne dans mon corps.

En général je ne suis pas en érection dans ces moments. D’ailleurs elles ne vient qu’assez peu sur mon pénis, mais quand elle y passe, de manière furtive, c’est à la fois un supplice, et une jouissance extrême. Il en est de même avec toutes les zones très sensibles. Ce que j’essaie surtout de ne pas faire, c’est lui dire quoi faire, car elle sait mieux que moi. Pourtant elle dit qu’elle ne fait rien de spécial, elle se promène, juste, avec une infinie douceur.

Même si elle a parfois des gestes qui simulent la pénétration ( avec son bassin), je me demande si vraiment c’est quelque chose qu’elle désire, et je ne vois pas comment cela pourrait la satisfaire dans la mesure ou ça ne serait pour elle qu’avec un instrument non corporel.

En matière de massage prostatique, avez-vous déjà senti avec vos doigts, sa prostate ?
Pour y parvenir, il faut que l’anus soit relativement détendu. Il est préférable aussi qu’il soit relativement serein d’un point de vue digestif. Il faut bien lubrifier. Un certain nombre d’entre nous utilisent le beurre de karité 100% bio, ou l’huile de coco, c’est à mon avis les meilleurs lubrifiants naturels. Les ongles doivent être très courts. Enfin la pénétration avec le doigt doit pouvoir se faire sans aucune résistance, ou presque. Il faut pour cela masser l’anus sans pénétration pendant quelque temps, en entrant très légèrement, et en ressortant aussitôt. Il y a deux sphincters (muscles en anneaux qui ferment l’orifice) ressentez avec le doigt leur présence. L’anus est une zone érogène très puissante, (vous devez déjà le savoir) Je vous conseille de mettre votre partenaire sur le dos, les jambes repliées et ouvertes. Le creux de votre main doit être tournée vers le périnée pour pouvoir courber le doigt vers le nombril une fois à l’intérieur. Là, à portée de doigt, se trouve un renflement lisse : c’est la prostate. Si vous parvenez à la sentir, vous pouvez doucement, la presser et la relâcher, alternativement, ou effectuer des mouvements de rotation avec le doigt. Après cela, c’est l’expérience qui compte, et les réactions de votre compagnon.

Avez-vous le phantasme de le pénétrer autrement qu’avec les doigts ? Si oui, quels type d’instrument vous vous voyez utiliser ?

Bon cheminement avec votre compagnon, choyez le bien !!