#35770
bzobzo
Participant

oui effectivement, c’est bien le mot moins qu’il faut lire

découvrir dans ce bouquin à quel point la notion d’androgynie,
au-delà de ses aspects superficiels de l’apparence extérieure,
est profondément ancrée dans la sexualité de l’homme
et de la femme aussi en fait,
dans le questionnement sur la sexualité,
dans toute une métaphysique de la sexualité, si j’osais cette association de mots,
de l’union de l’homme et de la femme, dans tous ces courants,
considérée comme une tentative de retrouver durant l’acte à deux, l’androgynie originelle

de découvrir que tout un tas de conclusions auxquelles j’étais arrivé empiriquement avec ma pratique
sont corroborées par certaines phrases que j’ai lues dans ce bouquin,
me conforte personnellement énormément dans mon cheminement
qui, je me rends compte, n’est pas juste une lubie, une extravagance, de ma part
mais s’inscrit bien dans tout un courant qui traverse les siècles
et répond à quelque d’ancré au plus profond de nous,
de notre identité sexuelle, de ses frontières, du flou et de l’inconnu qui l’entoure,
de son dépassement possible,
d’une unité possible en nous avec le féminin que nous portons aussi en nous
dans des proportions dont j’ai pris conscience peu à peu, qui sont énormissimes
et que j’ai essayé d’activer et de faire monter en en moi le plus possible durant les séances