#35961
bzobzo
Participant

le plaisir passe en moi comme un lent éclair,
je le sens planté dans ma chair comme un harpon,
la transperçant toujours plus avec une telle douceur, avec une telle précision dans la trajectoire,
cisaillant lentement au passage des quartiers de viande,
les faisant tomber sur les côtés, frémissante de jouissance

je me déstructure, je ne ressemble plus à rien
plus qu’à un gros paquet de chair habitée par l’excès du désir, s’agitant sans foi, ni loi,
je me sens plus proche de la folie que de la raison pour l’instant en moi,
mais c’est cela se déchaîner, se desceller, sans limites,
c’est oser aller au-delà de certaines frontières en soi,
ne fusse que pour quelques instants,
oser tous les vertiges, tous les abysses, oser briser jusqu’à son identité sexuelle