#35982
bzobzo
Participant

comme j’aime ces plongées,
j’ai les yeux ouverts, je me caresse, je frotte les cuisses contre mes parties,
je bouge langoureusement,
je suis envahi de volupté
et soudain, c’est comme si je prenais un peu de recul, ralentissait
et puis je ferme les paupières
et j’ai la sensation de plonger la tête la première vers mes abysses,
sensation ineffable d’allègement
tout en sentant une densité soyeuse autour de moi, s’accentuant

je m’y perds complètement, c’est une ivresse dans laquelle
je m’y perds complètement pendant quelques instants,
cette sensation d’être par dix mille mètres de profondeur quelque part en moi-même

cependant les distances ne comptent pas par ici,
en une fraction de seconde, je refais le chemin dans l’autre sens
et me voilà déjà à fleur de peau, brûlant sous les caresses,
le vaisseau tangue, le vaisseau est ballotté par les flots du désir déchaîné,
je me sens emporté comme sur des montagnes russes de plus en plus

ma chair est brûlante, comme elle est brûlante, ardente, électrisée
oh j’ai envie de replonger quelques secondes,
ces glissades en moi comme sur une pente voluptueuse sans fin,
sont irrésistibles

divins moments d’alternance, le plaisir intériorisé et le plaisir extériorisé,
s’émulent, se complètent, s’enrichissent toujours plus,
quel merveilleux voyage dans la chair
comme sur un tapis volant,
c’est toujours plus riche, toujours plus ineffable, toujours plus addictif