#35988
AvatarChaines
Participant

Un grand merci Andraneros pour tes conseils comme toujours posés, complets, pertinents. Je ne suis donc qu’encore plus désolé d’avoir mis autant de temps à te remercier !

J’ai mis du temps à répondre car je comptais rebondir sur des questions concernant la motivation, mais les deux dernières séances ont été plutôt surprenantes (même si au final elles ne changent pas trop les questions que je voulais poser). Je voulais donc avoir un peu de recul avant de répondre…

Avant dernière séance : j’ai réussi à maintenir plusieurs fois des vagues assez diffuses de plaisir. Difficile à expliquer, mais en réponse à des contractions volontaires je perçois comme une boule irradiant au niveau du bas du ventre. Par contre, je n’ai pas l’impression d’associer ça à ma prostate (prostate que je ne ressens pas véritablement). J’arrive par exemple à reproduire ces sensations de plaisir diffus dans le ventre avec des contractions sans le masseur. Bon, puis je parle de « plaisir » mais c’est plus une sensation agréable et diffuse.

Dernière séance : totalement différente de la précédente, plus de mal à retrouver ces sensations, mais par contre pour la toute première fois j’ai eu ce que je pense être des contractions involontaires (l’aneros qui « danse » tout seul, fait des va-et-vient rapides, presque comme un tremblement). J’ai réussi à maintenir ces contractions durant une petite minute, puis je les ai perdues et n’ai pas réussi à les retrouver durant la grosse demi-heure qui a suivi. Mais surtout, durant ces contractions je n’ai pas eu de sensations particulièrement agréables. En tout cas je ne les ai pas associées aux vagues de plaisir de la séance précédente.

Pour résumer : deux séances très différentes, l’une avec plus de place au plaisir, l’autre avec une avancée notable mais un peu « clinique », sans grande satisfaction physique.

Malgré ces avancées, il se pose aujourd’hui pour moi le problème de la motivation. Problème sûrement très amplifié par le fait qu’en dehors du massage prostatique, je suis actuellement en pleine exploration d’autres pans de ma sexualité, avec notamment la pratique du libertinage avec ma compagne. Ce sont, contrairement au massage prostatique, des expériences très intenses, avec une « récompense » immédiate et beaucoup de plaisir (je ne parle pas juste du plaisir physique, mais plus du plaisir intellectuel, de l’excitation de découvrir de nouvelles choses). Par rapport à ça, les séances prostatiques paraissent inévitablement plus ternes… Pour l’instant, la seule motivation qui me pousse à faire une séance est l’espoir de connaître un jour les plaisirs que j’ai pu lire ici ou ailleurs. Mais concrètement, ça se résume pour moi à une heure pas bien stimulante à rester immobile dans un lit à écouter de la musique de méditation (je caricature un peu, mais c’est l’idée). J’avoue qu’avant ces deux dernières séances, je commençais à me dire que j’allais peut-être laisser tomber…
Avec-vous des conseils pour garder la foi ? Pour ceux qui ont été dans le même cas que moi, comment avez-vous réussi à rester motivé tant que le plaisir n’était pas au rendez-vous ?
Merci d’avance !

PS : et pour répondre à Andraneros : merci pour la méthode de contraction volontaire (traduction du wiki). J’ai essayé, sans résultat de mon côté. Concernant le parcours d’Epicture, je ne crois pas que ce soit la même problématique que moi, étant donné qu’il « maîtrise » déjà l’orgasme prostatique. J’ai de toute façon suivi tes conseils et banni la stimulation du pénis en fin de séance (ce qui rend ces dernières encore moins attrayantes pour moi…!)