#36002
AvatarAthrfox1905
Participant

Salut à tous !
Merci @andraneros et @arousal pour vos réponses sur la lubrification. J’ai pu effectivement depuis utiliser comme lubrifiant de l’huile de coco que je réchauffe au micro onde à basse température pour qu’elle devienne liquide. Je trempe l’aneros (mis au congélateur/freezer) dans le pot et je prélève quelques mL dans une seringue lubrifiante que j’insère dans mon anus (l’huile reste juste tiède une fois passé au micro onde). Depuis mon dernier message, j’ai réalisé 3 sessions. Une sur les 3 fut un échec. Je réalise à quel point le psychologique joue un rôle fondamentale avant et pendant la séance : j’avais envie de l’aneros mais dans un but de jouir (donc obtenir un résultat), n’étant pas vraiment à l’écoute de mon corps, la séance c’est fini sur un orgasme éjaculatoire comme décris dans mon premier message. Les deux autres furent plus productives, dans les deux cas j’avais eu le temps auparavant de me détendre pendant plus d’une heure (bain ou trajet en voiture), faisant monter l’excitation. Après l’introduction et la phase de respiration, je me focalisais uniquement sur les sensations produites par mes contractions volontaires, essayant de prendre conscience de l’aneros dans mon rectum glissant sur ma prostate. Mais je pense,en fait, que je n’arrive pas encore à clairement identifier où se situe ma prostate :/ (Je fais bouger le bras pour positionner le masseur.) Je ressens deux points dans mon rectum sur lesquels je sens l’aneros exercer une pression. Mais je reste incapable de dire lequel est la prostate. Les deux points se contractent à un moment dans la séance. Je pencherais tout de même pour dire que le point se trouvant un tout petit peu plus en profondeur est la prostate. C’est ce point là sur lequel je me suis focalisé lors de ma dernière séance. Les sensations me semblait plus profonde que le premier point qui, j’ai l’impression, me fait décoller vers l’orgasme éjaculatoire. Le seul bémol est que je n’ai pratiquement aucun liquide séminal que sort en me concentrant sur le point plus en profondeur.
Mais à mon sens le plus gros du travail reste finalement de me focaliser sur les sensations que procure l’aneros, peut importe où il masse, et surtout d’apprécier chaque contraction et de l’assimiler à de l’agréable pour faire progressivement monter le plaisir
Qu’en pensez-vous ?
A bientôt 🙂