#36003
bzobzo
Participant

cela me passionne ce que tu as écris
parce que je me rends compte que j’utilise tout le temps ce genre « d’interrupteurs » pour reprendre ton terme,
pour passer de « l’autre côté »,
enfin ce que moi j’appelle, cette identité sexuelle androgyne, mêlant du masculin et du féminin

il y a toujours un geste, un mouvement, une posture
et puis c’est comme si je m’appuyais dessus pour basculer et mettre en route toute une machinerie
et cela se renouvelle constamment très régulièrement,
c’est comme si je passais d’un « interrupteur » à un autre
pour rester constamment de « l’autre côté »