#36160
AvatarBuzzi
Participant

Bonjour à vous et encore une fois merci pour ces échanges.
De retour ici après une nouvelle session qui me permet d’apprendre, d’être de plus en plus à l’écoute de mon corps.
Comme cité lors de mon dernier post, j’ai voulu essayer de passer une nuit avec l’aneros et je n’ai pu réussir à passer toute la nuit sous peine d’être très fatigué le lendemain car facile de dormir avec cet instrument de plaisir.

Après un petit temps de relaxation dans le lit (mon excitation était loin d’être à son maximum) où j’ai pu en profiter pour faire des exercices de respiration et également penser à des choses coquines, je me suis lancé avec mon aneros. Lors des premières minutes, j’ai ressenti quelques vagues de plaisir et je me demandais alors comment j’allais pouvoir m’endormir avec des petites vagues de plaisir qui envahissent mon corps.
Le plaisir n’était pas intense et j’ai pu m’assoupir après un moment… mais pas pour très longtemps car je fus réveillé 2 heures plus tard. Lors de ce réveille pas de plaisir tout de suite mais peu de temps après des vagues de plaisir m’ont envahit pour ne plus me quitter jusqu’à ce que je retire l’aneros. C’était plutôt plaisant et même très plaisant mais je pense m’être bridé car ma femme dormant à côté de moi, je ne voulais pas la réveiller et donc j’essayais de me contrôler pour ne pas avoir de contraction involontaire. Je pense que ceci était un frein pour aller plus loin dans le plaisir.
Néanmoins, je suis partis sur cette session en toute état de connaissance et je souhaitais simplement écouter mon corps, la réaction de mon corps aux stimulus induit par l’aneros. Je ne fus pas déçu puisque j’ai ressenti de nouveau cette boule d’énergie et j’ai eu l’impression d’être forcé à avoir une action de pousser sur l’aneros (contraction de mes abdos). J’ai eu plusieurs érections et à chaque fois je me suis forcé à ne pas écouter mon sex et à rester concentré sur cette sensation qui venait de plus profond, de l’action qu’avait l’aneros sur ma prostate. De plus, j’avais une sensation d’excitation et de chaleur provenant de mon anus qui ne me jamais lâché jusqu’à ce que l’aneros soit retiré.

En conclusion, je n’ai pas eu the big O bien que je ne sois pas parti pour atteindre ce stade? J’essaie et je m’efforce de profiter de l’instant présent. Je ne pense que ni moi ni ma femme sommes prêt pour faire cela à deux. On verra ce que ça donne lors de la ou les prochaines sessions. Du progrès et la satisfaction de ressentir du plaisir.

Buzzi