#36307
bzobzo
Participant

dans toutes mes explorations, toutes mes tentatives diverses
depuis que je me suis lancé dans les plaisirs où la prostate a un rôle à jouer,
le seul véritable échec patent que je perçois, que je ressens jusqu’ici dans mon parcours,
c’est de ne pas avoir réussi à intégrer les contacts de la main des parties génitales durant l’action

autant avec les cuisses, pas de problème, c’est tellement délicieux,
je ne saurai m’en passer,
les cuisses semblent être les interlocuteurs naturels de mes parties génitales durant l’action,
autant les contacts des mains ont toujours abouti à un échec

si je m’y essaie, c’est chaque fois le même schéma qui recommence, qui se joue
et qui se termine de la même manière,
à savoir, des premiers contacts splendides, explosifs
mais très rapidement, cela tourne à la déconfiture
malgré toutes sortes de tentatives de perpétuer les premières réussites

c’est explosif mais cela devient vite monocorde, sans réelle progression de la tension sexuelle,
et puis mon moi pesant sort de sa niche sans arrêt, je ne peux plus le contrôler,
il me susurre sans cesse, « va-s-y, touche-les, caresse-les, encore, et encore! »

ce type de contact semble rompre chez moi un équilibre subtile,
l’accès sans restriction à mes énergies des profondeurs,
le fait que cela éveille des ondes mâles, massivement mâles directement liées à mon sexe,
je glisse vers un plaisir pénien irrémédiablement
malgré toutes sortes de tentatives d’intégrer