#36331
verlesetoilesverlesetoiles
Participant

24/1/2020
4ème séance 1/2
Lubrifiant : Yes But – 5ml
Temps de séance disponible / effectif : non défini

J’ai commencé cette séance après une belle soirée entre amis à la montagne. Nous avons pas mal bu et j’ai été me coucher vers 2h du matin. L’objectif initial était de tester ce qu’il peut se passer en s’endormant avec le masseur. Rétrospectivement ce n’était probablement pas la meilleure idée que d’essayer ceci après avoir trop bu et en étant crevé, mais la tentation en ayant une chambre à disposition était trop grande.
J’ai en premier lieu fait une séance de respiration. Je suis encore assez distrait par moment et ces respirations sont inégales. La détente était présente et quelques petites sensations sont née par moment. Mon idée était de me laisser glisser dans le sommeil si celui-ci se présentait ou de parcourir le chemin de l’orgasme si mon corps le demandait. Force est de constater que mon corps réclamait le sommeil mais le masseur a fortement perturbé ce processus sans me procurer du plaisir. Pas particulièrement car il était inconfortable mais plutôt car sa présence m’a maintenu dans état de semi-éveil. Je n’ai pas regardé l’heure mais l’aube pointait le bout de son nez lorsque j’ai décidé de retirer le masseur pour profiter quand même de quelques heures de plein repos.
Le bilan de cette séance pour moi est que je ne suis pas encore prêt à dormir avec mon masseur. Il est aussi que démarrer une séance à 2h du matin, crevé, à moitié enivré, n’est clairement pas une bonne idée pour être à l’écoute de son corps et de ses sensations. J’en retire aussi un autre enseignement qui concerne ma digestion. Si le repas a été lourd, que des flatulences sont présente, cela me perturbe. Mon corps étant inconfortable, je n’atteins pas correctement une détente propice au cheminement de l’orgasme. Donc, bien être à l’écoute pour sentir si le moment est bon ou pas, peu importe si c’est le seul moment à disposition et malgré ma soif d’apprentissage sur ce chemin.

25/1/2020
4ème séance 2/2
Lubrifiant : Sliquid Sassy
Temps de séance disponible / effectif : sans limite / 1h

Après cette nuit malgré tout reposante j’ai décidé de retenter le coup ce matin, en toute tranquillité. Utilisation cette fois du 2ème lubrifiant sans glycérine que j’ai acheté pour tester. Je suis moyennement convaincu de celui-ci. Pour l’instant, les meilleures sensations de glisse que j’ai eu restent avec le Joy Anal glyde, malgré les gênes occasionnées ensuite à cause de la glycérine. Je considère cette séance comme le prolongement de la précédente.
Petite séance de respiration puis démarrage des contractions. J’oscille encore entre le fait de commencer mes contractions régulières en suivant le guide d’Aneros ou l’approche du Do Nothing, que j’ai pu lire sur les forums et qui a l’air de mieux me convenir. Les petites contractions ont cette fois assez vite produit la montée de vague qui se sont parfois interrompue suite à une contraction anale plus forte que prévue. Ceci a eu pour effet de me faire redescendre. Au bout d’un moment j’ai commencé à me caresser, notamment à stimuler mes tétons. Je suis passé sur le dos pour cette phase et j’ai pu atteindre de belles vagues de plaisir durant cette phase. Pas au niveau de ma 2ème séance mais tout de même très agréable. Tout ceci est un peu frustrant car j’aimerais bien pouvoir aller plus loin et plus vite. J’ai bien conscience que je suis impatient et que mes attentes sont probablement un frein à ma progression. Je suis tout de même confiant et heureux de continuer ce cheminement. A chaque séance j’apprends un peu plus à me connaître, à explorer mes sensations et les écouter. Je n’ai clairement pas l’impression de régresser.
Je termine cette séance content que l’avoir initié et j’ai le projet dans l’après-midi, durant la sieste de refaire une session. Je vais par contre être pleinement à l’écoute de mon corps avant de décider si j’initie cette session ou pas.

25/1/2020
5ème séance
Lubrifiant : Yes But – 5 ml
Temps de séance disponible / effectif : 2h / 1h30

J’avais décidé de profiter de la tranquillité de ce week-end pour explorer à fond les possibilités du masseur. Je découvre qu’il ne suffit pas d’avoir du temps libre, il faut être disponible dans la tête, dans un esprit d’excitation et une volonté de découverte et surtout, être relativement en forme. Plusieurs facteurs n’étaient pas au rendez-vous durant ce week-end, avec des couché vers 2h du matin et de l’alcool en jeu.
Cette séance a démarré comme les précédentes, d’abord un moment de lecture puis une phase de relaxation. J’ai réussi à bien me détendre et il y avait assez peu de pensées parasites. Des petites sensations se sont fait jour tout tranquillement. Le niveau de détente influe clairement sur les contraction trop fortes et involontaire que je cherche à tout prix à empêcher durant la construction du plaisir. J’y suis bien parvenu et c’est une condition importante pour arriver à construire la suite du chemin. Mon état d’excitation était assez moyen et cela m’a clairement fait défaut pour faire naître ces étincelles de plaisir venant du bas ventre. J’ai quand même eu certaines pensées plaisantes suivies par ces prémices de sensations. Au bout d’un moment, ressentant quand même une certaine frustration de ne pas réussir à évoluer vers le plaisir, j’ai choisi, malgré les conseils du guide d’Aneros, de poursuivre sur une masturbation classique avec le masseur. Forcément, j’ai eu un orgasme, forcément c’était plaisant et décevant. Je le savais d’avance en terminant sur ce chemin, je ne referais pas ce choix, même si je suis content de l’avoir essayé.
Mes conclusions de ces quelques séances rapprochées sont les suivantes. Rien ne sert de vouloir s’acharner à enchainer les séances si les conditions ne sont pas réunies. Je vais à la place choisir d’espacer un peu plus les séances et surtout, ne pas engager une session si l’état d’esprit de découverte et d’excitation ne sont pas présent au départ. J’ai beaucoup appris de ce week-end et j’aborde la suite de manière beaucoup plus humble par rapport à mon état d’esprit suite à la 2ème séance ou je m’imaginais, à tort, être exceptionnel et pouvoir avancer à pas de géant.
Concernant les aspects techniques, je reste un peu mitigé avec le lubrifiant Yes But. Il est bien, mais … Ce mais me dérange car j’ai la sensation que la glisse n’est pas aussi fluide qu’elle pourrait l’être. Ou plutôt que les débuts sont bien mais qu’il ne tient pas très bien sur la durée. Je vais clairement commander du beurre de karité et tester cette option. En attendant je vais en reprendre un autre.

28/1/2020
6ème séance
Lubrifiant : Pjur Analyse Me – 5ml
Temps de séance disponible / effectif : 1h10 / 1h

Wahou, qu’elle magnifique séance que celle-ci. Pas d’orgasme, de décollement au plafond ou autre, mais de très belles sensations et surtout un magnifique sentiment de plénitude, de bonheur de joie. Tout mon être ressort léger de cette séance et ma prostate frémis lorsque j’écris ces lignes. Je traverse la journée qui suit plein de bonheur et d’amour.
La séance était courte mais elle a démarré plein de l’excitation qui m’animait depuis la veille au soir après avoir joué au chat et à la souris avec ma femme en aiguisant nos désirs respectifs par des caresses. Je suis définitivement quelqu’un qui doit laisser aller son esprit pour que les sensations se fassent jour et ce sans forcément démarrer un scénario de contraction contrôlées. Une belle montée de vagues a surgi et m’a emporté dans un apaisement corporelle délicieux. Le temps étant court, je n’ai pas insisté lorsque la marée est redescendue et me suis pleinement satisfait du chemin parcouru.
Je trouve merveilleux de constater que ce cheminement prostatique est loin d’être une recherche pure et simple du plaisir. C’est tout un parcours de l’éveil de l’esprit impliquant une grande prise de conscience de son corps et de ses subtilités. J’ai le sentiment que ce chemin me rend meilleur dans mon être, apaisé, plein d’amour, de douceur pour moi-même et le monde qui m’entoure. Je trouve merveilleux de voir aussi comment il influe sur mes relations sexuelles avec ma compagne, plus à l’écoute, plus lent, plus dans les sensations de cette chair merveilleuse.
Je note qu’étant quelqu’un qui peut aller 2x à selle le matin, ce n’est pas forcément le moment le plus propice pour moi étant donné que mon rectum n’est pas toujours correctement vide. Malgré tout, avec la vie de famille et le travail qui ne me laissent pas énormément de moments libres pour mon exploration, ces petites heures du matin sont précieuses pour pratiquer. Je continue aussi à être toujours plus conscient du masseur qui se déplace en moi et apprécie avec délices ces sensations de caresses internes.