#36564
verlesetoilesverlesetoiles
Participant

Il me semble maintenant que c’est l’heure d’un petit bilan après presque 2 mois de cheminement pleins de découvertes. La première séance s’est déroulée le 16 janvier et tant de choses ont eu lieu depuis. J’ai bien conscience que ma facilité peut apparaitre comme frustrante pour certains qui doivent persévérer pendant de longs mois, voire année avant d’arriver à un résultat. La seule chose que je pourrais dire serait, ne baissez pas les bras, pleins de trésors jalonnent ce chemin, tous plus merveilleux les uns que les autres.

Je peux maintenant affirmer que j’atteins le point 56 de la carte au trésor sans rougir. J’ai pu dès le départ cocher le point 19 (« Etre persuadé que l’Aneros fonctionne finalement parfaitement ») car je n’ai jamais eu aucun doute à ce sujet. Au même titre, je n’ai pas coché le point 50 (« Sentiment de refus que ces sensations sont réelles ») car je n’ai jamais douté de la réalité de ces sensations. Je me suis aperçu très rapidement que je les connaissais déjà, simplement je n’avais jamais réussi à les faire monter au point d’avoir un orgasme. Ces différents éléments et d’autres aussi expliquent probablement pourquoi j’ai été en mesure d’évoluer rapidement sur ce chemin.

Ma pratique a débuté avec des lubrifications classiques tel que recommandé par le traité d’Aneros. Assez vite cependant, je me suis orienté vers une solution beaucoup plus simple et diablement efficace. C’est avec un certain soulagement que j’ai troqué seringue anale et lubrifiant à base d’eau pour la version beurre de karite. Les différents retours d’expériences sur ce forum m’ont été d’une grande aide sur ce point, merci à tous ceux qui ont partagé leurs techniques.

J’ai parlé du traité d’Aneros ci-dessus et je dois avouer que sans ce document, jamais je n’aurais pu arriver aussi rapidement à mon stade de développement actuel. Celui-ci ainsi que les retours d’expériences sur ce forum ont été des compagnons de route tellement précieux. Je suis plein de reconnaissance envers toutes ces personnes qui ont contribué, par leurs écrits à l’ouverture de mes horizons et à mon cheminement. Merci à vous !

L’évolution de ma pratique a été marqué par plusieurs grandes étapes. Passé les toutes premières sensations j’ai très rapidement découvert les vagues. Au départ, l’introspection était de mise pour arriver à localiser ces sensations discrètes au niveau de la prostate. Un rien me déconcentrait et le fil se perdait quelque part en chemin. J’ai aussi découvert que les muscles pelviens jouent un grand rôle dans ce cheminement. Il a donc fallu lancer un vrai travail de musculation et de localisation précise de ceux-ci. Le travail de détente a aussi été important dans mon parcours, surtout au départ pour éliminer certaines contractions désagréables. L’étape suivante fut une participation plus active du corps et notamment la stimulation de mes tétons qui m’ont, entre autres guidé vers les premiers mini-O puis vers un orgasme plus conséquent. Le jalon suivant est arrivé assez naturellement. Ma prostate étant bien éveillée, cette énergie s’est diffusée dans le reste du corps et a ouvert toujours plus de zone érogène. Mon corps de manière générale est devenu plus réactif, plus animé. L’immobilité du départ s’est transformée en chevauchée fantastique pour m’amener vers un premier orgasme très puissant avec participation active de tout le corps (et de ma compagne), m’a permis aussi de vivre mon premier orgasme hors du lit et mon premier orgasme sans masseur. Pour répondre à @bzo un peu plus haut, la participation active d’une plus grande partie du corps n’était pas possible pour moi au départ. Les sensations étaient délicates à localiser de prime abord. Par contre, une fois celles-ci bien intégrées, en effet, le reste du corps apporte une tout autre dimension au plaisir. Il agit comme un accélérateur qui vient amplifier, résonner avec la prostate et qui me permet d’accéder plus rapidement à mes orgasmes, leur donne des colorations différentes selon les stimulations.

Je ne pourrais pas parler de ce début de parcours sans parler de celui de mon couple et de ma compagne. J’ai cette très grande chance d’être accompagné par une femme lumineuse avec qui je vis dans une belle harmonie. Elle a été le témoin privilégié de mes premiers pas sur le chemin prostatique. Elle est passée par tous les états. Intriguée, apeurée, enthousiaste, en colère, ou encore joyeuse devant les changements qu’elle constatait en moi. Elle a choisi elle aussi de se lancer dans l’aventure en démarrant son propre cheminement avec courage. C’est mû par une volonté de ne pas rester sur le quai de gare qu’elle a sauté dans le train avec moi voulant absolument pouvoir prendre une part active dans mon plaisir et développer le sien. Ce fut aussi l’une de ses plus grandes craintes au départ que celle d’être déconnectée de moi et de mon cheminement. Dans ma démarche d’ouverture nous avons pu expérimenter des rapports découvertes qui l’ont progressivement rassurée sur les possibilités futures de notre relation. Elle avance bravement sur son propre chemin avec une volonté affichée d’ouvrir elle aussi tous ses potentiels orgasmiques, à son propre rythme. Sa découverte de l’autre soir fut de sortir de la notion de performances (vouloir atteindre l’orgasme) pour se brancher avec toutes ces petites sensations du corps qui participent au plaisir et qui l’amène à des orgasmes finalement beaucoup plus profonds. Elle découvre aussi de nouvelles zones érogènes qui s’ouvrent ou se rouvrent (notamment les seins). Notre cheminement de couple se poursuit merveilleusement bien et continue à prendre de l’amplitude.

Cette découverte prostatique a aussi éveillé chez moi une découverte énergétique. J’ai vécu un premier mois complètement euphorique durant ce cheminement. Un flux d’énergie merveilleux circulait en moi et me portait sur un petit nuage durant mes journées. Cette énergie, passé les premiers temps, est devenue plus fine, plus subtile et c’est pourquoi j’ai voulu aller la cultiver pour mieux l’appréhender. Je ne suis qu’au début de ce cheminement, mais je sens un énorme potentiel de développement sur ce front qui entre totalement en résonance avec mes jouissances prostatiques.

C’est donc carte de membre du club sous le bras, délivré par ce cher @Andraneros, que je décolle dans ma fusée orgasmique pour explorer toujours plus de nouvelles contrées. Je ne manquerais pas de continuer à alimenter ce fil (et probablement aussi d’autres discussions) avec les suites de mes découvertes, qu’elles soient personnelles ou dans le cheminement de mon couple.