#36694
AndranerosAndraneros
Modérateur

Tu nous dis @verlesetoiles :

Je sens quand même un besoin par moment de pratiquer aussi seul et nous en avons discuté (tous) les deux. Je vais essayer, dans la mesure du possible, de pratiquer une à deux séances par semaine seul, en plus de nos danses. Au même titre que ma femme a ses besoins avec son Evi, elle va aussi se ménager des moments de pratique.

Je comprends que ta magnifique progression, de tes premières vagues de plaisirs aux super O’s que tu es devenu capable d’enchaîner au cours de ta dernière session, te demande un travail d’intégration, de compréhension de ce qui se passe en toi, afin d’aller encore plus loin dans ta transformation.

Les sessions en solo offrent l’avantage en théorie de nous laisser un peu plus la main sur ce que nous souhaitons approfondir dans notre expérience. Les sessions en duo offrent l’avantage de nous donner l’occasion de lâcher prise plus complètement, plus facilement et d’être entraîné par l’élan de notre partenaire au-delà de ce qui nous semble être notre limite. Avec le bon état d’esprit les deux se complètent admirablement pour nous conduire vers une expérience toujours plus riche, toujours plus satisfaisante, toujours plus excitante. Je ne peux que vous encourager à continuer à jouer en solo ET à jouer ensemble.

Mon corps continue à réagir très fortement à la stimulation des tétons. Les mouvements du masseur sont fluides, instinctifs. (… ) Arrivé au sommet de la crête, admirant tranquillement le paysage, je suis subitement propulsé vers un orgasme énorme. (… ) Grosses contractions involontaires, tout mon corps vibre, tremble de désir. Les mouvements du masseur sont amples et fluide. Les va-et-vient sont d’une amplitude énorme et amplifient à chaque fois le plaisir, en effet, mon corps se fait l’amour. mon bassin bouge de plus en plus, tout le corps bouge en fait. Tous ces mouvements ajoutent des sensations au niveau de la prostate et participent à l’intensité du plaisir. J’ai enchaîné comme ça 4, 5 orgasmes, je ne sais plus trop (… ) À chaque fois le suivant m’a surpris et embarqué dans une explosion orgasmique tellement intense.

Je constate que samedi soir, contrairement à ce que tu avais vécu dans ta 22ème session :

Au sommet de l’orgasme, le corps était bien cambré, tendu et des râles de plaisirs on jaillit de ma gorge. Il a duré quasi une minute jusqu’à son paroxysme.

Tu t’es libéré de cette tension qui certes t’a propulsé à l’époque vers un nouveau sommet orgasmique mais qui en même temps t’a bloqué. Cette libération t’a permis de vivre deux expériences nouvelles :
• tu as pu accepter de recevoir non pas un seul orgasme mais 4 ou 5 (ou plus?) enchaînés les uns aux autres,
• ton corps libéré de sa camisole musculaire a réagi sans contrainte aux flux extraordinaires d’énergie qui l’ont traversé pendant cette session.
Ce sont deux avancées importantes qui marquent à leur tour une nouvelle étape de ton développement orgasmique. C’est celle qui va te conduire de l’expérience de l’orgasme, qui déjà n’a plus rien à voir avec ce que tu connaissais il y a quelques mois, à l’expérience de l’extase orgasmique qui te permettra d’accéder à cette forme de spiritualité que tu devines plus loin sur ton chemin.

Si je me réfère au schéma de l’énergie sexuelle repris par @adam, présenté aussi dans « L’homme multi-prgasmique de Mantak Chia, tu viens de prendre pied (j’uarais pu dire « ton pied » !) dans la section des orgasmes multiples à l’étage du plaisir dans tout le corps. Au rythme actuel de ta progression et avec l’aide du travail fait en amont sur tes chakras et, tout aussi important, l’énergie que te transmet ta femme dans vos sessions en duo, je pense que vas bientôt faire l’expérience de tes orgasmes spirituels. Est-ce ce dont tu témoignes ainsi :

Ce qui m’a surpris durant cette séance c’est le fait d’entrevoir que malgré l’intensité du plaisir j’ai senti qu’il y avait moyen d’atteindre un plaisir encore plus intense, plus global, différent. Pas forcément plus intense en fait, mais avec un spectre plus large, d’autres colorations.

Ta remarque te place dans une approche qui répond à celle de @bzo qui ne cesse jamais d’« affiner son expérience », de lui donner de plus en plus de consistance, de la vivre de plus en plus profondément en lui. Elle répond aussi à celle d’ @epicture qui complète mois après mois sa compréhension de notre cheminement comme un mouvement sans fin.

J’ai deux questions un peu terre à terre après toutes ces considérations mais tes réponse intéresseront nos amis qui, bien que solidement engagés dans leur cheminement ne vivent pas encore des expériences comme les tiennes. Quand tu te retrouves entre deux orgasmes tels que ceux que tu nous décris, comment sens-tu ton niveau d’excitation, ton niveau de jouissance résiduelle par rapport à ton état « normal », au calme et par rapport à tes pics orgasmiques éjaculatoires tels que tu les vivais encore à la fin de l’année dernière ?

(Lorsque je suis dans un état qui correspond à ce que tu décris, mon expérience est que mon seuil de plaisir entre mes sommets orgasmiques me semble de plus en plus élevé et supérieur au souvenir que j’ai de mes pics orgasmiques éjaculatoires d’avant le début de mon cheminement, au point d’avoir l’impression que mon orgasme n’a pas de fin avant que tout retombe par épuisement nerveux et satisfaction débordante.)

Comment ta femme vit-elle ces torrents orgasmiques, leur intensité, leur répétition et les effets qu’ils ont sur toi (gémissements, cris, convulsions, apnées, rires, pleurs, excitation… ) ? Comment reçoit-elle toutes ces explosions d’énergie sexuelle brute ? Est-ce que l’intensité de cette expérience la motive dans sa volonté de transformation ou est-ce qu’elle lui fait encore peur ?

Bon cheminement @verlesetoiles, bon cheminement à ta femme, bon cheminement à ton couple.