#36848
bzobzo
Participant

coucou me revoilà,
encore épargné par le coronavirus,
bon pied, bon oeil, bonne prostate,
mains alertes, caressantes,
bientôt en télétravail pour quelques semaines, par VPN,
alternant moments de codage avec mon équipe dispersée
aux quatre coins de la Belgique
et puis moments d’encodage de mon plaisir

j’avais évoqué il y a quelque temps, mon envie de refaire du masseur en pure plaisir prostatique,
ce désir émis venait du fait que ma pratique principale, en aneroless,
comportait depuis un certain temps un déséquilibre entre les différents types d’ondes,
la prostate étant relativement désavantagée
par rapport aux vibrations fournies par les organes génitaux et puis les vibrations anales

c’est chose corrigée désormais,
j’ai trouvé un nouveau type de contraction, cuisses serrées,
qui produit des ondes prostatiques à volonté, très très puissantes,
sans renoncer à la qualité, à la richesse et à la variété

j’ai l’impression d’avoir à présent trois manettes à ma disposition,
une d’ondes prostatiques, une d’ondes des génitaux et une d’ondes anales
et de faire joujou avec à volonté,
tantôt mélangeant allègrement les trois, tantôt en privilégiant qu’un seul type ou deux,
augmentant le volume de l’un, de l’autre, parfois de deux, voire trois , en même temps
c’est absolument délicieux et irrésistible
et ainsi de tellement nouvelles perspectives s’ouvrent à moi,
que j’ai décidé de m’y consacrer exclusivement,
renonçant à toute autre exploration

l’autre jour, j’enchaînais de la jouissance prostatique,
une foule en liesse, extatique, hors d’elle, possédée, hurlant, remuant dans tous les sens,
semblait habiter toutes mes cellules,
j’alternais avec des ondes de volupté ineffables émises par mes organes génitaux
quand avec mes cuisses, je recommençais à les frotter, à les presser, à les malaxer

quand l’éjaculation a commencé à poindre son nez,
la foule des orgasmes prostatiques qui s’enchaînaient depuis une bonne demie heure, s’est écartée
une telle vague s’est présentée en moi, tellement élevée, tellement escarpée,
ce fut un moment incroyable,
qui ne s’est pas très bien terminée d’ailleurs,
je dois encore apprendre à bien mener ma barque dans ces moments,
les forces en présence deviennent tellement incroyables,
cela rugit tellement partout en moi,
il faut apprendre à bien faire cohabiter tout cela

là l’autre soir en l’occurrence,
l’éjaculation a déferlé en moi, ce fut un torrent de lave soyeuse en moi,
mon corps a commencé à ruer dans tous les sens
comme si j’avais une crise d’épilepsie ou que j’étais possédé par des démons
mais j’ai appuyé trop fort , trop tôt, sur la manette « ondes prostatiques »,
cela a provoqué une sorte de déraillement,
tout a explosé en mille morceaux, a volé en miettes

dommage
mais pas grave, cela fait partie de mon apprentissage,
ces orgasmes XXL, sorte de super O au féminin dont l’éjaculation est le premier étage de la fusée
qui la fait décoller vers la stratosphère,
je sais maintenant qu’il y a moyen de les prolonger en les enchaînant avec des ondes prostatiques,
ainsi je sens que leur durée peut aller bien au-delà des trente à quarante cinq secondes
que j’ai obtenues jusqu’ici,
sans doute pendant de longues minutes quand j’aurai appris à bien enchaîner tout cela,
que la synergie soit bien au point

ces ondes prostatiques si puissantes que je parviens à obtenir avec des contractions maintenues,
semblent venir traverser mes génitaux, avant de se disperser dans tout mon corps
et ce passage par mon sexe, par mes couilles,
semblent leur faire l’effet
comme si on les avait chargées dans la bouche d’un canon et puis qu’on aurait fait feu avec,
bref à chaque fois il y a comme une accélération et un tournoiement, splendides, irrésistibles,
comme si un boulet délicieux, chaud, doux, doux, doux,
traversait d’abord follement mes entrailles
puis répande partout ses filaments, ses lanières, velouteux, frissonnants,
comme des petites anguilles remuant, glissant, dans toutes les fibres de mon être