#37018
bzobzo
Participant

voilà donc les bases que je propose au débutant nu comme un ver sur son lit
fantasmant du plaisir au féminin en lui, fantasmant du plaisir en mode Yin,
débuter avec un masseur avec des butées fortement développées, genre Vice ou Device,
car elles sont le plus approprié pour ce type de mouvements
qui cherchent à reproduire ceux d’un sexe en érection,
elles permettent un mouvement droit, régulier, de pénétration,
elles confèrent la stabilité nécessaire sur toute la longueur du mouvement
pour offrir une sensation de plus en plus réaliste de pénétration
avec toute l’amplitude qu’on a envie d’obtenir,
permettant des changements de vitesse, d’intensité et de direction soudains
tout en gardant bien le contrôle

donc, on débute avec les mains sur le corps plutôt que simplement posés sur le côté,
on ne les bouge pas trop dans un premier temps,
si on n’a pas de passé déjà de massage prostatique
pour pouvoir bien se concentrer sur ce qui se passe dans le bassin
et bien éveiller la prostate,
cependant si notre débutant a envie un peu de se caresser, qu’il ne se gêne pas, bien entendu

les mains même inertes sur le corps, c’est bien mieux que posées juste à côté
car il y a des ondes qui passent, qui passeront, ainsi,
même s’il ne s’en rend pas compte tout de suite,
cela crée toutes sortes de raccourcis énergétiques, de voies changeantes par où les vibrations passeront,
même si, encore une fois, ce n’est pas immédiatement ressenti,
cependant que notre débutant pense à les bouger de temps à autre,
à changer un peu aussi la pression que ces mains exercent à l’emplacement où elles se trouvent

et puis plus bas, comme je l’ai écrit, dans le bassin,
qu’il s’habitue à pratiquer plutôt avec les cuisses serrées,
que celles-ci exercent toujours une pression, plus ou moins forte, sur les génitaux,
même si elles restent immobiles pour l’instant aussi,
pour que notre débutant se concentre sur sa prostate dans un premier temps,
cependant le fait qu’il y ait contact entre les cuisses et les génitaux,
là aussi va créer déjà des vibrations des organes sexuels,
je suis un fervent partisan pour qu’il y ait une constante synergie
entre les ondes provenant de la prostate et celles des génitaux

on peut privilégier tantôt les unes , tantôt les autres, assez simplement,
une fois qu’on a bien l’habitude,
on a comme deux potentiomètres permettant de contrôler la quantité d’ondes prostatiques
et la quantité d’ondes de nos génitaux,
qu’on veut injecter dans le bassin

pour se faire, il faut comprendre comment cela marche:
les cuisses immobiles ou à peu près mais le masseur effectuant ses mouvements de pénétration,
c’est la même chose aussi en aneroless mais là c’est la contraction qui remplace le masseur
mais je parlerai plus tard de l’aneroless,
comme je l’ai écrit , je conseille dans un premier temps, de commencer plutôt avec masseur au débutant complet,
il obtiendra des résultats plus rapidement,
cependant dès que ce sera le cas, il faudra qu’il embraie le plus vite possible une pratique aneroless aussi
et fasse avance en parallèle les deux

en fait les possibilités et la richesse de l’aneroless, sont bien plus grandes,
il ne faudra pas très longtemps pour que notre débutant, une fois qu’il aura sérieusement progressé,
pour qu’il privilégie de plus en plus l’aneroless,
cependant le masseur a son charme et ses spécificités
et il est bon de garder par-devers soi cette façon de pratiquer aussi

dans le bassin donc, pour des ondes prostatiques,
les cuisses sont plus ou moins serrées, pour avoir toujours un contact avec les génitaux, même légers,
enfin il ne faut pas exagérer non plus, les cuisses peuvent se détacher quelque peu dans le feu de l’action
mais leur position naturelle dans ma façon de pratiquer,
c’est être en contact avec les couilles, le sexe

jamais avec les mains, c’est chez moi, un type de contact que j’évite,
enfin je n’ai pas besoin de me forcer, cela se fait tout à fait naturellement,
quand par hasard ma main entre en contact, effleure ou touche une couille ou le sexe,
il y a comme un petit choc électrique et elle s’écarte instinctivement,
le corps tout seul évite cette zone, je n’ai pas besoin d’y penser un seul instant,
c’est quand par le pass, j’effectuais des tentatives d’intégrer les contacts manuels,
que je devais à chaque fois forcer pour que ce type de contact se fasse

donc je reprends après cette parenthèse consacrée au contact avec les mains des génitaux,
les cuisses toujours plus ou moins en contact mais immobiles,
là aussi c’est quelque chose de relatif car les mouvements du masseur ou la contraction en aneroless,
font bouger aussi quelque peu les cuisses
mais pas de mouvement volontaire, disons,
et puis le masseur à l’oeuvre, allant et venant, fouillant, farfouillant, asticotant,
en reproduisant avec celui-ci un sexe en érection en action,
on acquiert peu à peu une énorme variété possible, toute une panoplie de mouvements,
variant l’intensité, la vitesse, la direction, la régularité, etc,
il faut être imaginatif, passionné, délicat par moments, à d’autres,
plus bûcheron y allant de toute la puissance de sa cognée

ainsi donc, on obtient des ondes prostatiques dans le bassin

le masseur s’immobilise plus ou moins et laisse les cuisses se mettre en mouvement,
danser un tango lascif avec le sexe, les couilles,
ainsi on obtient les ondes génitales,
et notre bassin est très rapidement empli d’une volupté ineffable
mais dans un premier temps, je conseille plutôt les cuisses immobiles
pour se concentrer sur la prostate mais rien n’interdit à notre débutant
de s’aventurer dans cet autre type de mouvement, privilégiant les ondes génitales,
je ne décrirai donc pour l’instant pas plus cet autre type de mouvement dans le bassin
qui une fois qu’on aura bien progressé dans l’éveil de sa prostate,
viendront offrir une variété d’ondes dans le bassin, une divine synergie
dont on contrôlera les ingrédients, en y injectant tantôt plus d’ondes prostatiques,
tantôt plus d’ondes de nos génitaux

le masseur allant et venant en nous, au plus le mode yin s’éveillera en nous,
au plus on va ressentir que le masseur nous pénètre, qu’on nous fait l’amour,
on passe peu à peu de l’autre côté, c’est toujours nous qui bougeons le masseur
mais nous le ressentons de plus en plus différemment,
le pôle féminin et le pôle masculin en nous, se mettent en action ,
une sensation d’ébat va être ressenti de plus en plus

le petit miracle du plaisir en mode yin,
c’est que peu à peu nous ressentons malgré que nos organes et notre corps d’homme, sont bien là,
que nous sentons qu’ils sont bien là
mais en même temps c’est un autre corps que l’on va ressentir,
le masseur va de plus en plus aller et venir dans un sexe féminin,
notre bassin va s’élargir, va devenir de plus en plus souple, de plus en plus résilient,
capable de danse enivrante,
ce que j’appelle le mode liane lascive, part du bassin
et comme il est bon de sentir celui-ci onduler, ondoyer, librement,
empli comme d’une houle tellement enivrante

les mains aussi, une fois qu’elles entreront régulièrement en action,
vont caresser des seins gonflés, ronds

la main derrière, je n’en ai pas parlé pour l’instant
mais quand les doigts s’égareront dans la petite crevasse derrière,
ah mes amis, comme vous allez les sentir remonter en vous,
je parle d’onde anale pour la clarté
mais là encore, c’est tout à fait autre chose que vous allez ressentir,
ces doigts qui vous fouillent, semblent farfouiller entre les plis et les replis
mais ce sera pour plus tard, pour l’instant, que le débutant
privilégie les ondes prostatiques, après les ondes génitales puis les anales

voilà, c’est tout pour le moment,
c’est ma petite contribution au confinement
pour que certains puissent passer aux travaux pratiques