#37072
bzobzo
Participant

la solitude subie peut mener à la fameuse « misère sexuelle »
mais la solitude sur ce plan comme bien d’autres,
peut faciliter aussi l’accès en nous à des ressources cachées, à des richesses inouïes

le massage prostatique et autres pratiques sexuelles genre plaisir en mode yin qui est la mienne,
peuvent définitivement apporter un épanouissement, un équilibre, un enrichissement de l’être,
un rassasiement sexuel qui comble parfaitement les besoins,
certes qui ne remplace pas l’interaction avec un autre corps, un autre être
c’est autre chose,
une exploration de soi, une plongée parfois vertigineuse dans des contrées inconnues en nous,
la découverte de richesses insoupçonnées

le sexuel est parfois lié à des formes de spiritualité, à des pratiques ésotériques
et il est facile de comprendre pourquoi
une fois qu’on est arrivé soi-même à un stade avancé dans sa pratique,
moi-même qui suit athée,
enfin peut-être pas tout à fait car quand je suis immergé longuement dans la nature,
une nature luxuriante, libre,
j’ai des tendances animistes, panthéistes
qui remontent rapidement à la surface

mais dans la pratique au quotidien,
il y a donc des moments d’incandescence, d’ineffable, d’envol et de libération de l’être,
qui sont tellement bouleversants, tellement baignés de mystère,
que le mot divin s’impose irrésistiblement à ce que l’on a vécu,
qu’il semble y avoir du divin en nous

oui, le divin semble là en nous, dans les profondeurs de notre chair,
dans les profondeurs de notre sang,
quelque chose qui semble s’éveiller, s’allumer, soudainement fugitivement en nous
quelque chose qui ne nous appartient pas,
quelque chose qui brille d’un éclat somptueux, d’une pureté sans équivalent

un tel degré de cristallisation de l’intensité dans notre chair
que ce qui se reflète désormais en nous soudainement,
c’est un diamant de la plus pure eau,
plus de la roche quelconque

quelques éclats d’indescriptible plus loin,
le matériau est redevenu plus anonyme, plus quelconque,
l’impression d’avoir rêvé,
pourtant quand il y a répétition du phénomène, au fil des jours,
on acquiert la conviction
que cette chair capable de nous faire vivre des flots de volupté, des flots de jouissance,
peut aussi emmener au rendez-vous, des moments de grâce, de communion, ineffables,
des moments d’effusion de l’être qui semble nous réunir
à la terre, au ciel, au soleil, aux océans, à l’univers entier
bref, qu’il y a de la magie en nous,
une magie dans nos abysses