#37125
AvatarBuzzi
Participant

Bonjour à tous, je reviens une nouvelle fois-ci sur ce forum bien aimé pour vous faire part des suites de mon aventure vers l’orgasme prostatique.
Mon dernier message montrait une évolution à la fois dans le plaisir et le ressenti. J’ai pu effectuer deux autres sessions depuis (une tard le soir et une le matin) qui n’ont pas été aussi plaisante que la dernière (je suis sur une mer agitée avec des sommets et des creux…). Ma session du soir a été différente des dernières session que j’ai pu avoir le soir et la nuit car en règle générale je m’endors avec. Les fois précédentes je ressentais plus de plaisir lors de mon réveil en pleine nuit que le soir. Cette fois-ci ce fut le contraire : plaisant avec de bonnes sensations avant de m’endormir, je suis entré en érection et cela a durée quelques minutes mais une contraction trop intense du périnée (tellement bon que je n’ai presque pas pu me retenir de contracter mon périnée très fort) à fini par désensibiliser ma prostate et presque plus rien après.
La session du matin ne donna pas grand chose. Entre temps il faut dire que j’ai continué à me masturber le matin en essayant de ne pas atteindre le point de non retour mais il m’est arrivé à plusieurs reprises d’aller trop loin.

J’ai donc pris une décision importante et fait une réflexion sur le mot « Rewiring ». S’il s’agit de se remettre à zéro et de faire comprendre à mon corps que le plaisir vient de la prostate, je pense qu’il est nécessaire que j’arrête de stimuler mon pénis pendant un certain temps. Cela fait maintenant 3 ou 4 jours que je ne stimule plus mon pénis et il faut dire que la nuit d’hier à été assez plaisante (même sans aneros). J’ai ressenti du plaisir centré sur le périnée. J’ai senti celui-ci se durcir ainsi que mon sexe et avoir quelques sensations de picotements plaisants dans le ventre. Une chose assez déroutante également s’est produit car j’ai ressenti du plaisir dans mon sommeil (j’avais l’impression d’être conscient tout en étant endormi). Plus jeune, il m’est arrivé d’éjaculer pendant mon sommeil et j’ai quelques souvenir d’avoir senti le plaisir et même l’orgasme alors que je dormais (très plaisant à vrai dire car on à l’impression de vivre son rêve à fond). Pas d’éjaculation cette nuit en tout cas mais un plaisir certain et la sensation de sentir le périnée grandir et devenir très dur.
Je vais donc continuer sur ce chemin sans stimuler mon sexe et me concentrant sur les autres sensations. On verra ce que donnera ma prochaine session avec mon helix^^.

De plus, je suis tombé sur le site de Nathalie Giraud et je pense, une fois que le confinement sera terminé, prendre un rendez-vous avec elle pour avoir un peu d’aide dans mon cheminement. Certains d’entre-vous ont-ils eu recours à une consultation avec elle et si oui pouvez vous me donner vos avis.

Bon courage et bonne continuation à tous et encore merci pour les échanges.

Buzzi